Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Provinces Sahariennes : Plus de 3 MMDH d'investissements en matière d'eau potable et d'assainissement liquide entre 1975 et 2015




Le volume des investissements dans les provinces du Sud du Royaume, depuis leur récupération en 1975, a atteint 3,175 milliards de dirhams (MMDH), dont 2,46 MMDH consacrés à l'eau potable et 715 millions de dirhams (MDH) pour l'assainissement liquide, selon les données de la direction régionale- branche eau, relevant de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE).
Les investissements de l'ONEE pour l'approvisionnement de la région Laâyoune-Sakia El Hamra en eau potable, qui se sont élevés à 2,249 MMDH durant la même période, ont été consacrés à la construction de deux stations de dessalement d'eau de mer avec un débit évalué à 7.000 m3 par jour pour la ville de Laâyoune et 1.100 m3/jour pour la ville de Boujdour, souligne la même source, ajoutant que ces stations ont fait l'objet, en 2005, de travaux d'extension permettant d'augmenter leur capacité de production pour atteindre 13.000 m3 par jour dans la ville de Laâyoune et 2.600 m3/jour pour la ville de Boujdour.
En 2010, une deuxième station de dessalement d'eau de mer a été réalisée dans la ville de Laâyoune pour renforcer les équipements de production d'eau potable avec un débit supplémentaire de 13.000 m3/jour, tandis que la station rénovée de la ville de Boujdour a été mise en service début 2012 afin d'augmenter la production d'eau potable à 3.900 m3/jour.
Pour l'alimentation en eau potable de la ville de Smara, un canal de pompage et une station d'élimination de fer et de magnésium ont été réalisés, en 1994, à partir de Sidi El Khattari pour un débit de 3.460 m3/jour et une station de dessalement d'eau dans la ville de Tarfaya a été réalisée en 2001 avec un débit de 800 m3/jour, ainsi que la mise en service en 2005 des projets d'alimentation en eau potable des centres Foum El Oued et El Marsa dans la province de Laâyoune.
Les projets ont, également, porté, sur l'alimentation en eau potable des centres Sidi Ahmed Laâroussi et Amgala dans la province de Smara, l'extension du réseau de distribution aux quartiers périphériques de Laâyoune, Smara et Boujdour, le renforcement des ouvrages de distribution et de stockage de la ville de Laâyoune et l'équipement de nouveaux puits à Foum Al-Oued pour un débit de 1.728 m3/jour, ainsi que l'alimentation en eau potable du centre du Tah en 2007 à partir de la ville de Tarfaya et le centre Deroua à partir de la station de dessalement d'eau.
Pour répondre à la demande croissante en cette ressource vitale dans la ville de Smara, il a été procédé à l'augmentation de la production à partir de Sidi Khatari avec un débit supplémentaire de 3.460 m3/jour portant le débit équipé de la ville à 6.920 m3 par jour.
Il a également été procédé à l'approvisionnement des villages des pêcheurs en eau potable (Aktai El Ghazi à Boujdour en 2009 et Tarouma à Laâyoune en 2010) en plus de la restauration de la station de dessalement, entrée en service en 2013, et l'amélioration de sa productivité pour atteindre 9.000 m3/jour.
Il a été procédé à l'équipement de puits d'eau salée dans la ville de Tarfaya en 2014 et l'élargissement du réseau d'eau potable dans les quartiers Joutia et Moulay Rachid à Laâyoune.
Ces investissements ont permis la réalisation de résultats exceptionnels ayant porté sur l'augmentation du débit équipé à 549 litres par seconde et la construction de sept stations de traitement et de dessalement, l'augmentation de la capacité de stockage portée à 28.838 m3 et la réalisation de 365 kilomètres de canaux principaux, 733 kilomètres de réseaux d'eau potable tandis que le nombre d’abonnés en eau potable a atteint 62.434 et le niveau de liaison individuelle dans la région Laâyoune-Sakia El Hamra a atteint 90 %.
Dans la région Dakhla-Oued Eddahab, quelque 211 MDH ont été investis dans la réalisation de la station de traitement des eaux de la ville de Dakhla avec un débit de 9.500 m3 par jour en 2004 en plus de l'élargissement des réseaux de distribution des quartiers de la ville de Dakhla et l'approvisionnement du village des pêcheurs Mhiriz à Aousserd en eau potable en 2009 en plus de la réalisation du projet de l'approvisionnement du centre Bir Kandouz à Aousserd en eau potable en 2010.
Ces investissements ont contribué à élever le niveau du débit équipé à 120 litres par seconde et la construction de trois stations de dessalement et de traitement et l'augmentation de la capacités de stockage à 6.820 m3, la mise en place de 36 kilomètres de canaux de transport principaux, la réalisation de 287 kilomètres de réseau d'eau potable au profit de 21.120 abonnés portant la capacité de liaison individuelle dans la région Dakhla-Oued Eddahab à environ 90 %.

Vendredi 6 Novembre 2015

Lu 676 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs