Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projet de réorganisation de l'hôpital des enfants de Rabat : La direction du CHU Ibn Sina défend la réforme




A la suite de la publication,
lundi 18 juin 2012,
d'un article intitulé «Entre
représentativité et despotisme : Compétences bafouées
à l'hôpital d'enfants de Rabat », nous avons reçu de
la direction du CHU Ibn Sina
des précisions signées par
le Dr. Mohammed Cherkaoui, chef du servie
de la communication et des
relations avec les médias
et dont voici le texte intégral :

« Pourquoi la réorganisation de l'Hôpital d’enfants de Rabat est nécessaire? Lors de sa création, cet établissement était le seul hôpital pédiatrique du  Royaume et devait répondre à une demande de soins qui était centrée sur les pathologies infectieuses et de la malnutrition avec une répartition des lits par spécialité adaptée aux enjeux de santé de l'enfant de cette époque. Depuis, l'organisation n'a pas évolué en dehors de la création de certains services comme l'oncologie pédiatrique. L'évolution qu'a connue le pays au niveau démographique, épidémiologique et de l'offre de soins n'a donc pas été accompagnée par l'hôpital et a engendré au fil des ans des dysfonctionnements de plus en plus importants et critiques. Certains services comme les soins intensifs, la pneumologie sont régulièrement en manque de lits avec des cas d'hospitalisation sur matelas posés à terre en période de forte activité alors que les services de chirurgie n'utilisent que moins de 50% des lits dont ils disposent. Ce constat a été fait sur les indicateurs d'activités des 6 dernières années et constitue ainsi une donnée structurelle due au fait que les pathologies chirurgicales non urgentes de l'enfant sont relativement rares et que l'offre de soins  est aujourd'hui importante entre les 4 CHU, les hôpitaux régionaux et le secteur privé qui s'est fortement développé. Il est à noter que les indicateurs utilisés sont universellement admis et sont ceux utilisés par le système de santé de tous les pays y compris le Maroc pour évaluer les activités hospitalières.
De plus, les services de pédiatrie prennent en charge  à la fois les pathologies tertiaires complexes et la pathologie pédiatrique courante rendant ainsi difficile la prise en charge des enfants relevant des spécialités tertiaires alors même que c'est la mission première de l'hôpital. La demande en soins hospitaliers pédiatriques est très importante et l'offre de soins des hôpitaux régionaux et provinciaux du nord-ouest très insuffisante nécessitant de revoir à la hausse le nombre de lits de pédiatrie générale et spécialisée.
Lors de l'analyse de la situation des hôpitaux et de leurs performances, le Conseil d'administration du CHIS a constaté, lors de sa session de février 2012, ces dysfonctionnements et a adopté une résolution demandant à la Direction du Centre hospitalier d'élaborer un nouveau schéma organisationnel visant à corriger la situation et à adapter l'offre hospitalière aux besoins constatés de la population. Une commission de réflexion, dont les membres représentent les parties prenantes du projet (cinq membres de l'hôpital d'enfants, trois de la Faculté de médecine et trois de la Direction du CHIS) a été constituée et a élaboré un schéma global de réorganisation répondant aux exigences du moment et aux attentes futures: respect du Projet d'établissement, réponse aux besoins de la population, individualisation des spécialités pédiatriques tertiaires, constitution d'une filière dédiée aux urgences pédiatriques avec un service d'urgences pédiatriques (à l'instar du service des urgences chirurgicales pédiatriques déjà existant).
La réorganisation proposée a l'avantage de nécessiter un très faible investissement, car elle réutilise des moyens existants et sous utilisés dans un souci de rationalisation et d'efficience et permettra de répondre, à moindre coût, aux besoins actuels  et futurs de la population pédiatrique du bassin de desserte du CHIS tout en préservant l'organisation des stages hospitaliers des étudiants en médecine et des résidents en pédiatrie. Ce schéma a été exposé aux fins de discussion aux professionnels de l'hôpital lors d'une réunion plénière de concertation.
L'étape suivante a été la discussion du projet par la commission médicale consultative de l'établissement élargie à plus de 12 personnes ressources. Cette réorganisation aspire à adapter les capacités de certaines spécialités aux besoins réels de la population (Pneumologie et pédiatrie générale d'urgence) et de créer un service d'isolement qui répond aux nouveaux défis épidémiologiques (maladies infectieuses émergentes), et un nouveau service de soins intensifs et continus pour résoudre le problème de l'insuffisance de lits de réanimation. Cette réorganisation, tout en respectant les affinités par discipline et type d'activité, tertiaire, secondaire, programmée et urgente, prévoit le regroupement des spécialités en de 5 pôles : chirurgie, médecine, hématologie, urgences et soins intensifs et soins ambulatoires.
En résumé, la réorganisation des services de l'HER est un projet, qui se justifie du fait du constat de la dégradation des indicateurs de performance de l'hôpital liée à une inadéquation entre l'offre de soins figée et une demande de soins en évolution importante.
Ce projet permettra donc un redéploiement des ressources en faisant appel au principe de la solidarité, afin d'assurer une optimisation et une rationalisation des moyens au service des malades. Il représente une traduction des ambitions des professionnels exprimés dans le PEH de l'HER par l'individualisation des spécialités tertiaires tout en redéfinissant le circuit des urgences qui constitue le besoin prioritaire des patients. Enfin, cette réorganisation fera l'objet d'une expérience pilote pour un nouveau style de management, car un des projets phare du CHIS, « la gestion en pôles d'activité » est prévu dans le plan de développement du CHIS 2010-2020.
Ce projet de réorganisation constitue de la sorte une véritable révolution culturelle chez les  professionnels, habitués à juger leurs moyens en termes de lits et non en termes de moyens de diagnostic et de soins  et explique la résistance de certains médecins qui mettent leurs intérêts avant ceux des patients et s'estiment lésés par le nouveau schéma organisationnel. Enfin, comme tout projet de réorganisation des structures, le processus de validation de ce projet de réorganisation de l'HER, passera d'abord par le Conseil de gestion prévu le 29 juin 2012 avant d'être soumis au Conseil d'administration qui est souverain pour tout ce qui touche à la structuration des hôpitaux du Centre hospitalier respectant ainsi et les principes de bonne gouvernance dans toutes les étapes depuis le diagnostic par une auto-évaluation des performances, jusqu'à la validation par le niveau stratégique en passant par la formulation et la critique du projet sur une base de participation des parties prenantes».

Libé
Mercredi 27 Juin 2012

Lu 1063 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs