Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Progression des débarquements et augmentation des prix : L’Office national des pêches noie le poisson




Progression des débarquements et augmentation des prix : L’Office national des pêches noie le poisson
Les captures du secteur halieutique marocain, toutes espèces confondues, ont atteint 561.237 tonnes sur les sept premiers mois de l’année en cours, soit une progression en volume de 43% par rapport à la même période de l’année dernière, a indiqué le rapport statistique de l’Office national des pêches (ONP) du mois de juillet 2012.
Ce dernier a constaté que  les espèces pélagiques enregistrent la meilleure performance en volume avec une augmentation de 51%. Un record rehaussé par la sardine et le thon qui ont respectivement progressé de 86% et 144%. Les poissons blancs, quant à eux, marquent la seconde grande niche de progression des rendements du secteur. Le total des captures s’est établi à 47.634 tonnes, contre 39.359 tonnes l’année dernière, soit une hausse de 21% avec une prédominance du merlu et du pageot.
Pour Abdelkhalk Gikh, président de l’Association professionnelle de la pêche côtière à Laâyoune (APPCL), ces statistiques sont à prendre avec précaution. Selon lui, la progression en volume des captures du secteur halieutique de 43%  qui paraît, de premier abord, mirobolante, n’acquiert son sens véritable que si elle est replacée dans son contexte. En effet, elle ne traduit que l’écart entre la production de l’année en cours par rapport à l’une des plus mauvaises cuvées de la pêche au Maroc, à savoir l’année dernière. En effet, les captures, toutes espèces et pêcheries confondues, ont atteint  845.726 tonnes, soit une chute de 19% par rapport à 2010. La pêche côtière et artisanale a débarqué 800.000 tonnes, soit un recul d’égale intensité résultant d’une contraction de 22% du volume des pélagiques.
Par ailleurs, notre source a tenu à préciser que la progression enregistrée par l’ONP pour cette année ne traduit pas une amélioration de la disponibilité du poisson pour l’année en cours. « S’il y a progression par rapport à l’année dernière, cela ne veut dire en aucun cas que cette année est bonne. Certes, elle est généreuse mais elle reste mitigée», nous a-t-il expliqué.
Les réserves du président de l’APPCL se sont portées également sur les statistiques concernant les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale aux  ports de Tan Tan et Laâyoune. Le rapport fait état d’une progression respective de 61.194  et  116.560 tonnes alors que la halle aux poissons du port de Tan Tan n’a pas ouvert ses portes cette année et que celle de Laâyoune a très peu fonctionné. Et qu’en est-il des thèses qui lient cette hausse de 40% à la rupture de l’accord de pêche avec l’UE ? «Faux, réplique notre source. A preuve, les poissons  nobles continuent à être exportés vers l’UE, parfois même, clandestinement».
 D’après lui, le vrai problème est ailleurs. C’est celui de l’épuisement des stocks, toutes espèces confondues. «La situation est alarmante. La pêcherie pélagique est saturée et l’offre de pêche risque d’être insuffisante dans les années à venir.  La situation est si grave que plusieurs bateaux marocains ont commencé à s’introduire clandestinement dans les eaux  territoriales de la Mauritanie pour y pêcher». Un avis largement partagé par l’Institut national de la recherche halieutique (INRH) qui estime que la surpêche est une donnée incontestable pour toutes les pêcheries aussi bien poulpière, chalutière, palangrière (merlu, crevette, sparidés sont en état de surexploitation avancée) que pélagique.
Un constat qui en dit long sur l’échec du Plan Halieutis, notamment dans son volet relatif à la durabilité des ressources. Un problème structurel qui nécessite une révision totale du cadre d’exploitation de nos pêcheries.

Hassan Bentaleb
Samedi 25 Août 2012

Lu 591 fois


1.Posté par Moha le 26/08/2012 11:44
Ce qui fait encore plus mal au coeur, ce sont ces ressources halieutiques nationales bradées pour devenir de la farine de poisson, qu'utilisent les pays qui nous l'achètent à des fins de production d'aliments pour animaux d'élevage, notamment la pisciculture ... Entre temps, la sardine, poisson du pauvre par excellence, a atteint des sommets, 25 DH le kilogramme. Quant aux poissons blancs, le consommateur n'a plus qu'à se contenter de les voir dans les étals ! A quand une véritable gestion rationnelle de nos ressources pour le bien de toute la population et non pas juste pour servir les intérêts d'une infime minorité de privilégiés ?

2.Posté par NAj le 27/08/2012 15:04
Faites un tour au marché de poissons à Dakhla et vous allez voir ce qui contribue le plus à la rareté de la ressource, pour laquelle nous accusons les étrangers. Les petites langoustes sont bradées. Ce sont les autorités compétentes qui sont quasi-absentes. Pourquoi ? je vous laisse deviner.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs