Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Problèmes à la pelle à la faculté polydisciplinaire d’Errachidia




Problèmes à la pelle à la faculté polydisciplinaire d’Errachidia
Les communiqués relatifs à la Faculté polydisciplinaire d’Errachidia se suivent et se ressemblent. Les syndicalistes ne comptent pas baisser pavillon. Dix ans après la création de cette structure universitaire, relevant de l’Université Moulay Ismail (Gestion à une distance de 320 km), la situation reste toujours lamentable. Le ministère qui n’a pas tenu nombre de ses promesses, semble être dans le collimateur des syndicalistes locaux. 
En effet, les responsables ne se rendent pas compte qu’une telle structure dans une pareille région nécessite une véritable volonté de construction, dans le sens matériel et moral. La voix des syndicalistes entend ainsi mettre la lumière sur les promesses non tenues, mais également sur le sort des milliers d’étudiants qui aspirent à ce que la politique de proximité ne soit pas qu’un mirage. 
La section locale du SNE Sup tire cette fois-ci la sonnette d’alarme. La FPE est censée accueillir des flux imprévisibles, avec le nouveau découpage régional et la nomination d’Errachidia comme capitale de Drâa-Tafilalet. Les responsables ne semblent pas voir venir toute cette marée humaine, les travaux de construction piétinent toujours et butent encore sur des procédures bureaucratiques latentes. Destinée au début à accueillir 3000 étudiants, la FPE voit aujourd’hui ce nombre croître à raison de 130 %. L’amphi de 600 places, une promesse du ministère de Lahcen Daoudi, n’a pas encore vu le jour. 
Du coup, l’offre pédagogique reste loin de constituer un objectif actuel. Jusqu’ici, souligne le communiqué, la FPE n’offre que quatre filières fondamentales. Les déficits sont ainsi visibles : amphis, classes, services administratifs, allées, salles de travaux pratiques et recherches scientifiques, parking…  le pire est que la faculté n’est, jusqu’à présent, pas branchée  au réseau électrique, l’on recourt encore au secours de la FST voisine ! 
«Dans un pays qui considère que l’enseignement est un levier de développement, et qui est avant tout un droit indéniable des êtres humains, nous nous demandons comment il peut oublier ou feindre d’oublier le droit de ses jeunes d’accéder à des institutions présentant la diversité pédagogique requise et la logistique souhaitable», fait remarquer Amin Mrani, secrétaire général du SNE Sup.  

Ali Rachidi
Vendredi 13 Mars 2015

Lu 975 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs