Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prévue demain à Rabat : Une chaîne humaine pour dénoncer les violences faites aux femmes




Prévue demain à Rabat : Une chaîne humaine pour dénoncer les violences faites aux femmes
Le Code pénal doit désormais incriminer toutes sortes de violences exercées contre les femmes. La société civile ne compte pas lâcher prise. Une chaîne humaine de solidarité sera organisée le samedi 08 décembre à Rabat. La permissivité au niveau pénal laisse le champ libre aux sévices et traitements dégradants à l’encontre des femmes. L’initiative du collectif «Printemps de la dignité» a été adoptée par des dizaines d’associations féminines et des droits humains et par toutes les forces vives de la société, l’objectif étant d’aboutir à un Code pénal qui protège les femmes contre la discrimination et la violence. Outre les acteurs de la société civile, plusieurs comédiens artistes, athlètes, intellectuels, journalistes… ont exprimé leur volonté d’adhérer à la chaîne humaine, afin de dire « non »  à cette forme de violence légalisée et légitimée par le Code pénal. Sur les médias sociaux, comme au niveau des contacts inter-associatifs, la campagne pour cette chaîne bat actuellement son plein pour plus de mobilisation ; le projet de société moderne et démocratique se trouve menacé, les conditions des femmes étant indispensables pour toute avancée en matière de démocratie.
La chaîne humaine aura comme point de rencontre (vers 14h00 selon les organisateurs) la place de la gare Rabat-ville, sur le boulevard Mohammed V. Une animation sur place sera assurée par des musiciens, artistes, chanteurs, poètes et metteurs en scène. Le public aura même droit à une pièce de théâtre «Performance 457» de Khadija Tanana et Mustapha Stitou. Vers 16h00, les participants se dirigeront vers le ministère de la Justice. Un geste symbolique, pour dire qu’il s’agit de réhabiliter les femmes violentées, et avec elles toute une société, dans leurs droits naturels à être respectées et traitées en tant qu’êtres humains. Là aussi, un spectacle est prévu, sous forme d’une chorégraphie intitulée «Saut d’obstacles», présentée par Camelia El Hakam et Hamid Al Asmar. Bref, ce 8 décembre sera dédié aux femmes violentées pour réclamer haut et fort un Code pénal respectueux des libertés individuelles.
Soulignons que le Collectif  «Printemps pour la dignité» avait déjà rendu public un mémorandum adressé au chef du gouvernement, dans lequel il estimait que la dynamique engagée par le Maroc pour l’édification d’une société moderne et démocratique, se trouve bloquée et handicapée par un Code pénal obsolète. Passant en revue les avancées réalisées au cours des dix dernières années, le Collectif avait appelé à la réforme du Code pénal dans son intégralité.

Mustapha Elouizi
Vendredi 7 Décembre 2012

Lu 1670 fois

Nouveau commentaire :

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Invité | Expresso | En toute Libé | L'info | People









Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma