Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pourquoi certains s’évanouissent-ils à la vue du sang ?




Pourquoi certains s’évanouissent-ils à la vue du sang ?
Tête qui tourne, vue trouble, sueurs soudaines, visage blême, jambes molles, la vue de quelques gouttes de sang provoque chez certaines personnes un véritable malaise qui peut parfois aller jusqu’à l’évanouissement. C’est ce qu’on peut appeler l’hématophobie, soit une peur irrationnelle du sang. Néanmoins, cette phobie se manifeste très différemment des autres qui ne provoquent pas généralement ce genre d’étranges sensations. Pourquoi ? Parce que la peur du sang fait appel à un mécanisme bien particulier.
En effet, perdre du sang est un véritable danger pour l’organisme. Si le risque est bien évidemment plus ou moins important en fonction de la quantité, la vue du sang est donc perçue par le corps comme une menace réelle qui doit nécessiter une adaptation rapide : l’organisme va donc chercher à limiter au maximum les pertes. Pour cela, il fait appel au système nerveux autonome et plus précisément au système nerveux parasympathique. C’est celui-ci qui s’occupe de toutes les activités involontaires et réflexes de l’organisme tels que la respiration, les battements du cœur, les sécrétions gastriques, etc.
Face à la perte de sang, ce système va mettre l’organisme dans un état lui permettant d’économiser ce précieux liquide : le rythme cardiaque ralentit, la respiration se fait moins rapide et la pression artérielle diminue. Ceci a pour effet de réduire l’apport d’oxygène au cerveau qui cause alors l’apparition des symptômes si cette réponse est importante ou prolongée. C’est ce qu’on appelle un malaise vagal (car lié à l’action du nerf du même nom) qui peut s’avérer plutôt impressionnant en cas d’évanouissement.
Malheureusement pour certains, cette réponse excessive de l’organisme peut apparaître même à la vue d’une simple goutte de sang. Mais chez d’autres, elle se produit également lorsque ce n’est pas la personne même qui saigne. D’après les spécialistes, ceci serait tout simplement dû à nos tendances empathiques : la personne voyant la goutte de sang chez un autre s’identifie inconsciemment à elle et déclenche ainsi le malaise.
Aussi, cette “peur” peut être plus ou moins prononcée en fonction des personnes. Certaines auront un malaise rien qu’à imaginer une blessure sanguinolente tandis que d’autres resteront impassibles si ce n’est pas elles qui saignent. Néanmoins, certains moyens peuvent permettre de limiter le malaise et d’éviter l’évanouissement. En effet, les symptômes apparaissent généralement progressivement avant de s’intensifier. Il est donc possible de prévoir le malaise et d’agir en conséquence. Ainsi, prendre l’air ou aérer la pièce peut parfois permettre de “changer les idées”, d’oublier la vue du sang et de réduire les symptômes.
Contracter les muscles notamment des jambes peut aussi être une bonne idée afin de rétablir une circulation sanguine plus normale. En revanche, si le malaise est déjà avancé, mieux vaut s’asseoir ou s’allonger les jambes surélevées afin de ré-oxygéner correctement le cerveau.

Maxisciences
Vendredi 29 Mars 2013

Lu 246 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs