Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour une protection maximale contre les maladies dangereuses

Tous les adultes ont besoin d’être vaccinés pour éviter la contamination et la propagation de maladies qui peuvent s’avérer mortelles




“Pour vieillir en bonne santé, la prévention contre les maladies infectieuses est de mise», tel est le leitmotiv de tous les professionnels de la santé.
En effet, ils s’accordent tous à dire qu’une maladie telle que la pneumocoque s’accentue à l'âge mûr avec une nette hausse chez les adultes âgés de 60 ans et plus.
«Selon les estimations, cette maladie cause 1,6 million de décès chaque année à travers le monde, dont près de 600.000 à 800.000 adultes», font-ils ressortir avant d’expliquer que la qualité de la réaction immunitaire peut baisser avec l'âge, ce qui engendre une plus grande susceptibilité aux infections.
Et aux experts de préciser que même si la personne a été vaccinée à un plus jeune âge, la protection de certains vaccins peut largement diminuer voire disparaitre, notant, au passage, que le virus ou la bactérie contre lesquels le vaccin doit la protéger change, ce qui modifie la force de la résistance de l’organisme.
«Plusieurs adolescents et adultes ne reçoivent pas les vaccins dont ils ont besoin pour pouvoir rester en bon état de santé durant leur vie. Les parents, les soignants des enfants, ainsi que les adolescents, adultes et professionnels de santé doivent comprendre l'importance de maintenir les vaccinations à jour pendant toute la durée de vie d'une personne», déclare le Pr Abdelfattah Chakib, spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Ibn Rochd de Casablanca.
Dans ce sens, il a tenu à mettre en relief que, d’après les recommandations du Centre du contrôle de la maladie, les personnes atteintes par l'asthme, la BPCO, le diabète et les maladies cardiaques doivent être vaccinées contre la maladie pneumococcique, d’abord en tant qu'adulte avant l'âge de 65 ans et ensuite une dose de plus à l'âge de 65 ans ou plus.
En outre, les experts de la santé tiennent à rappeler qu’en vieillissant, chacun peut être atteint par des maladies en raison de l’âge, des conditions de travail, des loisirs, des voyages, ou de l’état de santé, mais qui peuvent être évitées grâce à la vaccination.
Et de faire savoir que la diminution des taux de natalité et l'augmentation de l’espérance de vie indiquent que la population mondiale vieillit, bien que les taux de vieillissement diffèrent entre les pays, ajoutant qu’en 2010, la proportion de la population âgée de plus de 60 ans dans le monde arabe était de 7%, et cette proportion devra augmenter à 19% d'ici 2050 pour l'ensemble de la région.
La même source tient à mettre l’accent sur les mesures à prendre pour se protéger et protéger sa famille en suivant impérativement des étapes. Ainsi, il s’agit de s'informer sur les vaccins recommandés pour les adultes selon l'âge et/ou autres facteurs de risque, de consulter un professionnel de santé au sujet des vaccins essentiels, de se faire vacciner, d’assurer un suivi des vaccinations pour une mise à jour optimale et enfin, de s’encourager entre amis et proches pour se faire vacciner.
Et de faire remarquer, à ce titre, qu’un médecin ou un autre professionnel de santé peut orienter vers les vaccins dont toute personne a besoin, tout en la mettant en garde contre ceux à éviter (selon certains facteurs comme l'allergie aux composants du vaccin ou les conditions de santé).
A cet égard, ces professionnels de la santé appellent à plus de vigilance parce qu’être en bonne santé est une priorité pour tous, relevant que la vaccination est la meilleure protection contre les maladies qui peuvent non seulement causer de vrais problèmes de santé à la personne mais également avoir un impact négatif sur ses activités professionnelles ainsi que sur son budget familial dû aux dépenses médicales dispendieuses.
Ce faisant, la même source a dévoilé un point important et non des moindres, c’est que les individus portant la bactérie (Streptococcus pneumoniae) dans leurs fosses nasales exposent potentiellement les autres au risque de contracter une infection pneumococcique à travers le contact étroit par l'éternuement, la toux et l'expiration des gouttelettes contenant ladite bactérie. Et de conclure en signalant que la  majorité des cas de la maladie pneumococcique invasive se manifeste chez les adultes sous forme d’une pneumonie bactériémique et l’infection invasive à pneumocoque est associée à des taux de mortalité de 15 à 25% chez les adultes âgés.

Meyssoune Belmaza
Samedi 1 Octobre 2016

Lu 740 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs