Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Porochenko s'engage à maintenir l'unité de l'Ukraine




Porochenko s'engage à maintenir l'unité de l'Ukraine
Les Occidentaux voulaient croire à une désescalade du conflit dans l'Est ukrainien, après l'investiture du nouveau président Petro Porochenko qui s'est engagé à maintenir l'unité du pays.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est dit samedi "confiant" quant aux perspectives de détente après un bref entretien la veille de M. Porochenko avec le président russe Vladimir Poutine en marge des cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement en France. 
"Nous espérons que nous n'aurons pas à imposer des sanctions plus sévères" contre Moscou, tenu à l'écart par Washington depuis le rattachement de la Crimée à la Russie, a-t-il déclaré.
M. Kerry a dit espérer "dans les prochains jours des gestes pour réduire la tension, avec la possibilité d'un cessez-le-feu", dans une référence aux discussions qui devraient s'entamer dans les jours à venir entre Moscou et Kiev.
"Il reste certes beaucoup à faire mais la voie tracée par le président Porochenko conduirait à une désescalade des tensions. Le temps est maintenant venu pour le président Poutine d'engager directement le dialogue avec le président Porochenko, de mettre un terme à l'afflux des armes et de prendre des mesures pour faire cesser les violences menées par des séparatistes russes dans l'est de l'Ukraine", a poursuivi M. Kerry. Elu le 25 mai avec 54,7% des voix, M. Porochenko, milliardaire pro-occidental de 48 ans, succède à Viktor Ianoukovitch, destitué fin février après un bain de sang sur le Maïdan de Kiev, à l'issue de trois mois de contestation pro-européenne, et réfugié depuis en Russie.
M. Porochenko aura la lourde tâche de concrétiser les aspirations européennes, de sortir le pays d'une profonde récession aggravée par la crise actuelle. Mais son défi le plus urgent sera de rassembler un pays quasiment en état de guerre civile. 
Adressant en russe "un message de paix" aux habitants de la région industrielle russophone du Donbass, contrôlée en grande partie par les rebelles et où il compte se rendre rapidement, M. Porochenko s'est engagé à mener une décentralisation du pouvoir et à garantir l'usage libre de la langue russe.
Il a en revanche rejeté tout "compromis" avec la Russie sur l'orientation européenne de son pays et sur l'appartenance de la Crimée à l'Ukraine. "La Crimée a été et restera ukrainienne", a-t-il affirmé, provoquant des applaudissements du public, dont le vice-président américain Joe Biden et plusieurs chefs d'Etat d'Europe centrale et orientale. "Je l'ai dit clairement au dirigeant russe en Normandie", a-t-il ajouté.

Lundi 9 Juin 2014

Lu 330 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs