Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : les Palestiniens meurent !




Point de vue : les Palestiniens meurent !
Alors que les joueurs allemands bombardaient les filets brésiliens, les avions de guerre israéliens pilonnaient la Bande de Gaza. Il a plu des cordes et … des buts au Brésil. Tout un peuple pleurait, sous le regard attentif des fans du foot de par le monde. La catastrophe a été filmée du début jusqu’à la fin. Les médias ne voulaient rien rater. Le foot cause aussi des drames de société.
Sous d’autres cieux, en Palestine plus exactement, il a plu des cordes et … des bombes. L’on pleurait. L’on mourait. Cette fois-ci, pas de projecteurs, pas de gros plans sur les visages d’enfants, de femmes, sur les corps déchiquetés ni sur les fumées tourbillonnantes annonçant la mort et la désolation. 
La catastrophe, plutôt le crime n’a pas d’image, n’a pas d’oreilles, ni d’yeux. Il a lieu, dans l’obscurité totale. Tout un peuple pleurait face au silence honteux et déplorable de la communauté internationale. Rien à reprocher à un monde qui n’a d’yeux que pour le Brésil. Le foot cause aussi d’autres drames de société… 
Au Brésil, la présidente brésilienne Dilma Roussef souhaitait de tous ses vœux que l’aventure de l’équipe de son pays se prolonge le plus longtemps possible. Normal, c’est une Brésilienne. Mais les réelles raisons sont connues de tous. La Coupe du monde a été organisée malgré des vagues de protestations, un peu partout dans le pays de la samba. Le foot, et plus précisément les victoires de la séleçao, aidaient la présidente à calmer les esprits et à neutraliser ses détracteurs politiques. 
Netanyahu, chef du gouvernement israélien, espère de tout son cœur que cette Coupe du monde se prolonge le plus longtemps possible. Cela lui permet de finir le sale boulot que ses ancêtres avaient commencé. Un génocide par étapes. Chaque nouveau dirigeant israélien veut confirmer qu’il tue mieux, plus et sans pitié. Faucons et colombes, tous s’accordent sur une chose : les Palestiniens sont faits pour être tués. 
L’on espère bientôt finir de parler de quelque chose appelé : peuple palestinien. Séparer les Palestiniens en deux équipes qui jouent sur deux terrains séparés par un autre territoire reste, en effet, un moyen à même de rayer tout un pays de la carte. Pis, cela aide Israël à priver tout un peuple de sa carte.
Netanyahu pourra ainsi commettre ses crimes dans l’impunité totale. L’absence presque totale des caméras, des appareils photos, des médias et de l’attention active de l’opinion internationale encourage la soldatesque israélienne à sévir sauvagement. Une vieille histoire ! En 1982, l’un de ses maîtres et prédécesseurs va-t-en-guerre avait tiré profit du Mondial d’Espagne pour aller au sud du Liban. Il avait commis l’un des carnages les plus abominables que l’humanité ne pourra jamais oublier. Ça s’appelle encore : Sabra et Chatila. 
 

Mustapha Elouizi
Samedi 12 Juillet 2014

Lu 533 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs