Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Poéme : Portait




Poéme : Portait
Tu désertes l’azur pour le givre
Parce que le soleil t’est inclément
Un songe dans les mains
Une sauge dans les yeux
Et à l’ombre d’un feu
Tu baignes ton cœur dans des vers
À la senteur d’amandier
Du poète de l’empreinte du papillon.
Fidèle comme l’arganier à sa terre
Tu héberges dans tes entrailles
Le bruissement d’un amour qui se débat au seuil
La cendre des roses mortes
Et les pétales d’un espoir  
Toujours ardent
Comment ton corps si frêle
Peut-il abriter tant de battements?
La sauge et le songe nous 
ont abandonnés
Au gré des épines de la nuit
Heureux vaincus nous sommes
Entre nos doigts 
Demeurent la flamme crépitante 
De l’enfance inouïe
Le souvenir de l’odeur saline 
Les larmes qui s’effeuillent 
une à une
Et la poésie notre éternelle 
confidente.
 
 
Dedidace A Larbi Ouadie
 

Rédouane Taouil
Samedi 3 Mai 2014

Lu 297 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs