Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plus d’une trentaine de morts lors de la prise d’une base militaire à Benghazi par des islamistes




Plus d’une trentaine de morts lors de la prise d’une base militaire à Benghazi par des islamistes
Des groupes islamistes ont pris la principale base de l'armée à Benghazi dans l'est libyen après des combats ayant tué des dizaines de soldats, au moment où la capitale Tripoli restait menacée mercredi par un immense incendie sur un site de carburant provoqué par des roquettes. Après plusieurs jours de combats à Benghazi, berceau de la révolte contre le régime Kadhafi, une coalition de groupes islamistes et jihadistes, le "Conseil de Choura des révolutionnaires de Benghazi" s'est emparé mardi soir du QG des forces spéciales. Le Croissant rouge libyen a annoncé avoir retiré 35 corps de soldats de la base, affirmant qu'il y avait plus de cadavres mais sans pouvoir donner un chiffre global précis.
Face à ce chaos, le nouveau Parlement issu des élections du 25 juin a décidé de se réunir d'urgence samedi à Tobrouk, avançant de 48 heures la séance inaugurale prévue le 4 août à Benghazi, ville devenue trop dangereuse.  Mais, signe de la confusion qui règne dans le pays, le président du Congrès général national (CGN), le Parlement sortant, Nouri Abou Sahamein, a maintenu l'invitation de la nouvelle Chambre des représentants à une première réunion le 4 août, cette fois-ci à Tripoli.
Cette confusion illustre l'anarchie qui règne au sein des institutions, en proie à d'intenses luttes de pouvoir. Depuis la chute en 2011 du dictateur Mouammar Kadhafi, chassé du pouvoir par une rébellion soutenue par les Occidentaux, les autorités libyennes sont déchirées par des luttes d'influence, et ne parviennent pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-rebelles qui font la loi en l'absence d'une armée et d'une police bien structurées et entraînées.
Depuis samedi les combats entre milices islamistes et forces armées dans plusieurs secteurs de Benghazi dont celui de la base ont fait quelque 90 morts, parmi lesquels les 35 victimes dont les corps ont été retirés mercredi.
Dans la capitale libyenne, les pompiers tentaient, non sans grande peine, d'éteindre l'incendie qui ravageait mercredi pour la quatrième journée consécutive un immense dépôt de stockage d'hydrocarbures de 90 millions de litres, provoqué par des roquettes tirées lors d'affrontements entre milices rivales aux abords et dans l’aéroport fermé depuis. Ces combats ont fait depuis leur début le 13 juillet une centaine de morts et 400 blessés.  Les affrontements ont éclaté après une attaque menée par des combattants islamistes et d'ex-rebelles de la ville de Misrata (est de Tripoli) qui tentent de chasser de l'aéroport leurs anciens compagnons d'armes originaires de Zenten (ouest). Les combats ont quasiment paralysé la capitale, où banques et administrations sont fermées. Des pénuries de carburant et d'électricité ainsi que des coupures d'eau empoisonnent la vie quotidienne des habitants.

AFP
Vendredi 1 Août 2014

Lu 372 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs