Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pleine lucarne

Foot et athlétisme Du pareil au même




Faute de probants résultats sur la pelouse, la Fédération Royale marocaine de football (FRMF) réussit pleinement ses chantiers sur le terrain. L’assemblée générale ordinaire de l’instance fédérale, tenue mardi dernier à Skhirat, a été l’occasion pour les membres fédéraux de dresser un bilan au titre des deux précédents exercices 2013-2014 et 2014-2015.
L’heure ne peut être qu’au satisfécit au vu des efforts accomplis et du travail de longue haleine qui ont abouti à la concrétisation de nombreux projets qui, en principe, devraient être d’un grand apport pour le football national.
Le président de la FRMF avait tout à fait le droit de saisir cette AGO pour rappeler ces réalisations, ce qui est tout à l’honneur de cette équipe fédérale qui a hérité d’une puissante Fédération dont même les petits détails intéressent tout le monde.
Sauf que cette stratégie de mise à niveau adoptée depuis l’avènement de l’actuel bureau fédéral ne lui est pas exclusive. Loin de là, puisqu’il a été précédé par une autre Fédération, des plus fortes elle-aussi, celle de l’athlétisme. Cette dernière a tenu à procéder à un remue-ménage, en déboursant des sommes colossales dans l’infrastructure sans pour autant que les résultats suivent. Et ce ne sont pas les quelques performances obtenues sur les scènes régionale et continentale qui devront plaider en sa faveur et confirmer que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles de l’athlétisme national.
En football, c’est le remake du scénario de l’athlétisme. L’argent, il y en a, les centres de formation, ça commence à prendre forme, les stades dignes de ce nom, ça existe à une grande échelle, les Ligues pour gérer les championnats professionnel et amateur, elles sont, certes, fraîchement instaurées mais s’acquittent comme il se doit de leur mission, le recyclage des cadres techniques, ce ne sont pas les sessions qui ont manqué…. Ce qui fait terriblement défaut, ce sont les résultats des clubs et des équipes nationales qui peinent à trouver une cadence salvatrice au grand dam d’un public irrité et dans l’expectative.
Une triste réalité faite pour rappeler que les moyens, à eux seuls, ne peuvent déboucher sur l’option escomptée par toutes les parties prenantes de la discipline. Le salut passe par la conjugaison de plusieurs facteurs dont celui de l’humain en premier. Dirigeants de clubs, cadres techniques et joueurs sont tenus de montrer qu’ils sont capables d’aller de pair avec les réformes réalisées par l’appareil fédéral.

Par Mohamed Bouarab
Jeudi 11 Février 2016

Lu 879 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs