Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pistorius reconnu coupable d’homicide involontaire




Pistorius reconnu coupable d’homicide involontaire
Le champion sud-africain Oscar Pistorius, star du handisport mondial dont le procès a tenu l’Afrique du Sud en haleine depuis six mois, a été condamné pour homicide involontaire vendredi pour avoir abattu sa petite amie en 2013, un verdict passible de prison.
Faute de preuves irréfutables démontrant qu’il ait eu l’intention de tuer la jeune Reeva Steenkamp, pulpeuse starlette de 29 ans venue passer la nuit de la Saint-Valentin chez lui, la justice sud-africaine lui a laissé le bénéfice du doute.
 Peu importe que l’athlète ait pu manquer de sincérité depuis le début, jurant avoir ouvert le feu sur la porte fermée des WC de sa chambre pour neutraliser un cambrioleur, la décision unanime de la cour a été de ne pas  retenir l’accusation de meurtre.
La juge Thokozile Masipa, seule responsable de la décision avec ses deux assesseurs, a cependant considéré que Pistorius, quand bien même diminué par son handicap, avait agi de manière coupable et méritait d’être puni.
 Il a agi “négligemment quand il a ouvert le feu sur la porte des toilettes sachant que quelqu’un était à l’intérieur”, a souligné la juge, devant une salle d’audience au comble de la tension, laissant échapper pleurs et  reniflements.
“Une personne raisonnable dans sa position, avec le même handicap, aurait prévu la possibilité que quelqu’un derrière la porte puisse être tué par les coups de feu et elle aurait pris les mesures pour éviter ces conséquences, ce que l’accusé n’a pas fait”, a-t-elle déclaré, avant de rendre son verdict d’”homicide involontaire”.
Le Code pénal sud-africain ne prescrit aucune peine automatique ni incompressible dans ce cas.
 Mais Pistorius échappe à un verdict de perpétuité — en fait une peine incompressible de 25 ans — qui n’aurait laissé aucune marge de manoeuvre par la suite à ses avocats pour aménager la peine, qui ne sera pas prononcée avant plusieurs semaines.
Pour la presse de son pays, ce sont bien des larmes de soulagement que Pistorius a versées jeudi dans le box des accusés.
“Oscar évite la balle”, “La grande évasion d’Oscar”, titraient les Unes des  journaux, relayant l’étonnement qui a saisi une partie du monde judiciaire sud-africain à l’annonce qu’il échappait au verdict de meurtre.
 Dans un pays gangréné par une criminalité exacerbée par les inégalités sociales et le passé violent de l’apartheid, des voix s’inquiétaient du message envoyé à la société sud-africaine.
Oscar Pistorius a été un motif de gloire nationale pendant des années en Afrique du Sud, alliant le glamour d’un sourire de play-boy à une irrésistible réussite sportive perçue comme une revanche pour un jeune homme que ses parents, lorsqu’il avait 11 mois, ont dû faire amputer des pieds et équiper de prothèses.
Sextuple médaillé d’or chez les handicapés, élu parmi les 100 personnalités de l’année 2012 par le magazine américain Time, il avait atteint la célébrité mondiale aux Jeux olympiques de Londres, en s’alignant aux côtés des coureurs valides sur 400 m. 

AFP
Samedi 13 Septembre 2014

Lu 200 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs