Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Peine de foot, peine de mort




On n’y est plus. La  kermesse footballistique d’Afrique doit donc se poursuivre sans nous. C’était prévisible. Le contraire aurait constitué une trop grosse surprise.
En attendant que les responsables, si responsables il y a, s’y prennent tout autrement, c'est-à-dire en faisant tout le contraire de ce qu’ils ont fait jusque-là et en souhaitant que le coach Taoussi ait retenu la leçon pour s’appliquer désormais à rester concentré sur son sujet, au lieu de s’extasier outre-mesure, remerciant, par-ci, et à force de grands gestes théâtraux, les cieux pour un but marqué ci-bas, ou implorant par là les mêmes cieux pour une victoire tributaire, après tout, des seuls intelligence et effort des terriens, sachons raison garder et répétons-nous à satiété qu’il ne s’agit après tout que d’un jeu et que la défaite ne peut en aucun cas être synonyme de fin du monde.
Il y a, à ce propos, plus d’un enseignement à tirer du côté de l’Egypte du foot et de la bêtise qui fait tristement parler d’elle-même sans être de cette 29ème CAN.
Dans la foulée de cette «révolution» qui n’en finit pas de décevoir, un match, un simple match de football, a conduit à la mort  pas moins de 74 supporters.
La justice se chargera de son côté d’ajouter à cette liste macabre une bonne vingtaine de condamnés à mort. Une justice aussi assassine que les fous furieux du stade. Mais ce n’est pas à l’Egypte des «Frères» que l’on va demander de faire l’impasse sur la peine capitale. Et pendant ce temps, d’autres manifestants continuent de tomber sous les balles de militaires à la gâchette trop facile.
Ce n’est pas que de la foutue folie footeuse mais de la folie tout court.

Mohamed Benarbia
Mercredi 30 Janvier 2013

Lu 1634 fois


1.Posté par lmoubariki le 30/01/2013 21:40
Un article concis et précis qui met le doigt sur un sujet essentiel : la mise en scène de la foi pour influer non sur le jeu mais sur une partie des spectateurs médusés et déconcertés par la décadence du sport marocain en général. En effet, jouer sur la corde sensible du religieux est devenu un peu partout dans le monde arabe un artifice pour soit amadouer les gens et gagner leur indulgence soit pour mettre en place des politiques d'un autre âge puisée dans les écrits les plus rétrogrades. Il est temps de couper le lien entre le religieux et le politique et faire confiance à la raison de l'Homme que Dieu qualifie de "très grand pouvoir" "sultân", dans le verset 33 de la sourate Al-Rahmân.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs