Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ouzzine ou les leçons d’un limogeage annoncé

Le chef du gouvernement est dans l’incapacité d’occuper l’espace constitutionnel de sa fonction




Ouzzine ou les leçons  d’un limogeage annoncé

Si l’affaire «Ouzzine et la pelouse inondée du stade Moulay Abdellah»  a révélé des dysfonctionnements et irrégularités à la face du monde, elle a aussi et surtout montré l’incapacité du chef du gouvernement à remplir les pouvoirs que lui confère la Constitution. « Force est de le reconnaître. Abdelilah Benkirane s’est volontairement placé en deçà de ses prérogatives de patron de l’Exécutif. C’est comme s’il refusait d’occuper et de remplir  l’espace que lui donne la Loi fondamentale.  Son incapacité à  user de l’ensemble de ses prérogatives est un bien mauvais service rendu à la démocratie », explique  ce politologue de la place.
Cette incapacité du chef du gouvernement à faire usage de tous ses pouvoirs, et notamment de l’article 47 de la Constitution,  s’est cristallisée à l’occasion de l’affaire du ministre de la Jeunesse et des Sports au lendemain du scandale  planétaire du Mondialito.   Alors que l’opinion publique n’en finissait pas de proclamer sur tous les tons et à tous les modes son indignation, Abdelilah Benkirane a fait montre d’un incroyable déni de la réalité lors du dernier Conseil de gouvernement. « Ce qui s’est passé n’est pas grave. C’est juste une affaire embarrassante. Une pelouse qui a coûté 22 milliards inondée, cela peut arriver à tout le monde. Le gouvernement a son bilan. Il a ses réalisations. Rien ne doit nous détourner de cela », dira-t-il en substance à ses ministres. « Pas un mot sur les responsabilités. Pas un mot sur le principe de la reddition des comptes. On était tout simplement  dans la troisième dimension. On avait l’impression que le chef du gouvernement avait tourné la page de cette affaire qui a fait le tour du monde en donnant une bien triste image de notre pays», confie un ministre encore surpris par autant de sollicitude en direction d’un ministre au moins responsable politiquement d’un Mondialito qui a tourné au mauvais vaudeville.

La majorité plutôt que 
la bonne gouvernance
En tenant un tel discours, et c’est le plus grave, Benkirane a surtout soutenu un ministre appartenant à sa majorité. A-t-il sacrifié les intérêts du pays en ce qui concerne notamment la bonne gouvernance sur l’autel de la coalition gouvernementale qui lui est visiblement plus chère? A-t-il cédé aux pressions du Mouvement populaire  et aux menaces de la  dame de fer des Harakis qui se trouve être la belle-mère du ministre de la Jeunesse et des Sports? A l’évidence, Benkirane  n’a revêtu pour la circonstance que ses habits de chef de la majorité. «Même le fait qu’Ouzzine soit juge et partie dans le cadre d’une enquête ouverte sur ce scandale ne l’a pas gêné. On aurait tellement voulu qu’il soit plus strict au niveau des principes et des procédures, lui qui est à la tête d’un gouvernement qui se vend comme le porte-voix de la transparence», commente ce ténor de l’opposition avant de pointer «les occasions ratées d’un Exécutif qui se fait, à chaque fois, sonner la fin de la récré par le chef de l’Etat».
Et vendredi 19 décembre, l’agence Maghreb arabe presse donne l’information en tout début d’après-midi. Le Roi a ordonné au chef du gouvernement de suspendre le ministre de la Jeunesse et des Sports de toutes ses activités ministérielles liées à la Coupe du monde des clubs champions et à qui il a été fermement demandé de ne pas assister à la finale qui a eu lieu samedi à Marrakech sous la présidence du Prince Héritier. Le chef de l’Etat a enfin appelé à l’ouverture d’une enquête approfondie pour déterminer les responsabilités dans les dysfonctionnements qui ont conduit à un tel scandale.  Ce qui signifie en clair que l’enquête diligentée par le ministère de la Jeunesse et des Sports n’a rien de légitime.
«Dans la réaction du Roi qui est intervenue 24 heures après la tenue du Conseil de gouvernement et au cours duquel Benkirane n’a pris aucune décision, il y a eu lieu de noter que la responsabilité est un élément de langage important. Pas question de sacrifier les lampistes. Un ministre est responsable de son secteur ».

En attendant la prochaine 
colère Royale
« Pourquoi Ouzzine, qui n'est certainement pas le seul mais le premier responsable de cette mascarade, n'a pas eu le courage de démissionner de lui-même ? Pourquoi Benkirane ne l'a pas démis de ses fonctions, comme le lui permet la loi ? Aurait-il soufflé cela en haut lieu et laisser le "haut lieu" s'en occuper ? Tout cela pose la question cruciale de la responsabilité. Jusqu'à quand vivra-t-on dans l'amateurisme et le colmatage des brèches en attendant la prochaine colère Royale? Quand nos responsables deviendront-ils autonomes, dignes et capables d'assumer leurs actes jusqu'au bout ? Quand sauront-ils s'imposer non par les discours mais par le sens du devoir ? », s’interroge avec beaucoup de justesse l’intellectuel Driss Ksikess sur sa page facebook.
En sonnant la fin de la récréation, l’institution monarchique a actionné les leviers constitutionnels. Le double principe de la responsabilité et de la reddition des comptes est convoqué  tout en veillant à la préservation d’un autre principe important dans un Etat de droit, la présemption d’innocence.  Mohamed Ouzzine n’a pas été limogé. Il est suspendu de ses activités ministérielles en lien avec le Mondialito. 

La jurisprudence Ouzzine
« On aurait voulu que des mécanismes institutionnels puissent avoir autant de pouvoirs que l'institution monarchique pour sanctionner les mandataires politiques et autres technocrates. Si la jurisprudence "Ouzzine" permet de démettre un ministre de ses fonctions à cause d'un flagrant délit de négligence ou de corruption, la constitution de dossiers similaires -preuves à l'appui- ferait que la purge au sein de l'Etat ne prenne pas beaucoup de temps pour que cela s'inscrive dans un phénomène de refondation», commente sur la Toile l’avocat activiste Omar Bendjelloun.
Au final, le ministre de la Jeunesse et des Sports a été interdit de finale. Il n’a pas non plus assisté au dîner de gala offert vendredi soir.  Les Harakis, eux, affichent profil bas, bottent en touche dans un communiqué daté de samedi 20 décembre où ils expriment leur solidarité avec le ministre Ouzzine tout en attendant les conclusions de l’enquête.  Fini les menaces de retrait de la coalition au cas où le ministre haraki serait limogé.  Au final aussi, c’est un spectacle d’une majorité  prenant de l’eau de partout qui est donné à voir aux Marocains, un gouvernement qui tangue entre irresponsabilité et déni de la réalité et enfin un espace constitutionnel que Benkirane s’interdit d’occuper.


Narjis Rerhaye
Lundi 22 Décembre 2014

Lu 1521 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 22/12/2014 19:39
Expliquez-moi SVP.



Vous disiez hier sur www.quid.ma/



« Je ne sais si ces sacrés Français qui qualifient de "navet"un mauvais film,ont un terme semblable pour désigner un mauvais article à l'allure d'une histoire où la mauvaise foi est le personnage principal »


Car sincèrement M. Plékanov, je n'ai pas compris le lien entre les '' points précis '' apportés par l’article, voire ses suppositions, et votre diagnostic de "mauvaise foi" attribué à ce même article de Rerhaye, (Libération, Quid.ma du 21 / 12/ 14).



‘’Mauvaise foi’’ de qui ? Vous semblez y raillez Rerhaye. ‘’Mauvaise foi’de Benkirane, d’Ouzzine, du Gouvernement, des Partis, du façonneur de stade, ou simplement de cet article-là ? Est-ce lui le récit-texte qui est un navet ou le film du Mondialito et de son héraut et navrant stade lacustre de Rabat ?



Comment faut-il critiquer ou féliciter la ''prudence'' observée par Benkirane ? Il a su et il a pu éviter de trop parler, comme on l'y attendait, lui l’homme au sémillant bagout, palliant un clash, que tous ses adversaires lui auraient collé sur le dos.



Il a laissé, ou pas, le front médiatique grossir, librement, démocratiquement, sans se prendre pour '' la Justice'' elle-même, ni sanctionner à la hâte un ministre. Un chouchou du MP confédéré, qui n’est guère isolé ni connu comme un malfrat ! Un wait and see habile et circonspect de Benkirane, qui touché par tant de malheurs, a comme bénéficié d’une grâce ! Un geste du destin, un geste du summum de la responsabilité royale qui est non critiquable, par-dessus le marché.



J'observe qu'il n'y a pas eu trop d'effets collatéraux, et ce, nulle part de plus que sur le Web. Les autres, Partis et Leaders, qu'ont-ils pondu ou manifesté autrement, visiblement et bravement ? Où se tairaient-ils ? Dans quelle rue et sur quels médias ?



L'aquastade est humiliant, certes ! Fallait-il y jouer ce match, un jour où il pleuvait des hallebardes ? De qui dépendait la décision de le voir ainsi mouillé et d’y laisser les ‘’tracteurs y œuvrer’’ ? Les joueurs l’ont sillonné, raviné et cela un jour pluvieux. Alors que ce stade n’aurait pas fait ses preuves. A commencer par celles des eaux ! Ont-il pensé, les façonneurs-fauteurs, à y faire faire une épreuve des eaux ? N’est-ce pas ? On est dans un pays chaud, habitués à jouer à sec et quand il fait beau? Le dernier des fellahs n’oserait pas travailler des jours pareils, dans ses propres champs. Mais, allons par devant.



Peuple et médias ont déjà jeté leurs dévolus sur le Ministre et responsabilisé le Ministère de la Jeunesse et ses fournisseurs, par un cri généralisé et strident devant le Roi. Même s’Il est loin, Il sent et Il voit. C’est un abus de confiance majeur !



Le Roi, est le vrai et ultime puissant Chef de l'Etat. C'est SM qui avalise ou pas les ministres de Son Gouvernement et Il peut les défaire ou les révoquer définitivement. Et ce n’est pas une mince affaire que de responsabiliser publiquement un représentant du Makhzen ! M. Ouzzine n’est pas encore à ce stade. Justice et équité obligent, elles seront rendues. Pourquoi se hâter ? Le mal est fait.



Et qui plus est, l’audit que SM a enclenché sous les auspices du général Benslimane, déjà bien avant la mise au repos d’Ouzzine, libérait par antériorité Benkirane de toute erreur de gouvernance ou d'orchestration, devant ses alliés. Ce geste royal, le dédouanait sincèrement des aléas, devant les Marocains. Que le Chef du Gouvernement montre ici, dans cette affaire, les acquis de la Nouvelle Constitution., oui, si SM n’avait pas agi plus vite et opportunément. On ne peut pas être plus royaliste que le roi.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs