Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ouzzine, l’épi dans la bouche




Plus besoin de présenter Mohammed Ouzzine. Depuis qu’il est en campagne pour être calife à la place du calife, dans un remake très haraki de «la lutte des places», le fringant ministre de la Jeunesse et des Sports est partout, en «une» de tous les journaux.  Pour rester en «une», et en bon invité du «Forum de la MAP», notre ministre qui rêve d’être leader a fait fort.
Faut pas croire. Mohamed Ouzzine ne craint pas de ne plus être ministre. Il n’est pas accro aux signes extérieurs de la ministrabilité –berline immatriculée 99 et tout ce qui va avec- et ce n’est pas un remaniement ministériel qui va avoir raison de sa bravoure, même si, soit dit en passant, il n’a jamais révélé le salaire de Gerets et qu’il continue de se faire l’avocat inconditionnel d’Ali Fassi Fihri, qui, lui, préfère bouder les interpellations des conseillers. Mais ceci est une autre histoire et revenons à celle de notre ministre qui s’empresse de préciser que oui, il peut être remanié et quitter son poste, sa berline etc, mais à condition que cette « décision soit prise après l’évaluation de ses efforts dans la mise en application de la politique du gouvernement dans ce secteur ». Courageux Ouzzine mais pas kamikaze. Ce qui suppose que s’il est remercié pour des raisons qu’il estimera infondées, il ne se laissera pas faire. Voilà Laenser et Benkirane prévenus des fois que le haraki plein d’ambition ne soit plus dans leurs petits papiers…Quoique. Quand ce même ministre de la Jeunesse et des Sports déclare en commission parlementaire que « le niveau du sport national est faible, faute d’une vision et d’une stratégie spécifique à chaque discipline sportive, d’un encadrement de qualité et de programmes de formation et de politique d’exploration efficients », c’est un aveu d’échec. Ou presque.  Au forum de la MAP, Ouzzine a fait de la com’ en champion haraki, un épi dans la bouche. Le candidat MP aux élections partielles de Sidi Kacem, soutient-il sourire dentifrice à l’appui,  fait peur aux Istiqlaliens. D’où les accusations de Chabat contre le gouverneur. Y a-t-il quelqu’un dans la coalition gouvernementale  pour rappeler au ministre que vendredi la  majorité s’est réconciliée, et que désormais, chut, on ne se tire plus dans les pattes ?

Narjis Rerhaye
Jeudi 21 Février 2013

Lu 2204 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs