Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ouverture en beauté du 21ème Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan




Ouverture en beauté du 21ème  Festival international du cinéma  méditerranéen  de Tétouan
La 21ème édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan (FICMT) s'est ouverte, samedi soir à Tétouan, avec la participation d'un parterre de cinéastes et acteurs du pourtour méditerranéen. 
Intervenant à cette occasion, le président du FICMT, Ahmed Housni, a souligné que cet événement culturel, placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, vise à promouvoir les valeurs de tolérance et de coexistence entre les peuples.
Pour sa part, le vice-président du conseil de la région Tanger-Tétouan, Abdelwahed Chaïr, a estimé que "la culture méditerranéenne assure la convergence de nos visées et le cinéma parvient avec brio à nous faire rêver et  à aspirer à un avenir meilleur".  La cérémonie d'ouverture de ce festival, qui se tient du 28 mars au 4 avril, a été marquée par un vibrant hommage rendu à la grande dame de théâtre, Touria Jabrane. 
A cette occasion, l'actrice marocaine s'est dite fière et émue par cette reconnaissance, notant que le cinéma marocain a atteint un stade de maturité à la faveur des contributions et des sacrifices des générations ayant porté le  flambeau du 7ème marocain depuis l'indépendance.
Lors de cette cérémonie, qui s'est déroulée en présence notamment du wali de la région Tanger-Tétouan, gouverneur de la préfecture Tanger-Asilah, Mohamed  El Yaâcoubi et du directeur général du Centre cinématographique marocain (CCM),  Sarim Fassi-Fihri, un hommage posthume a été également rendu à Fatine Hamama, grande  vedette du cinéma égyptien et arabe, Mohamed Bastaoui, l'acteur marocain au  sourire mémorable, Khalid Saleh, grand acteur égyptien et Francesco Rosi,  grande figure du cinéma italien et mondial.
 La cérémonie a été clôturée par la projection du film espagnol "La Isla minima" du réalisateur Alberto Rodriguez, qui narre l'histoire de deux policiers espagnols qui se déroule au début des années 1980. 
Les deux héros, diamétralement opposés, sur le plan idéologique, sont  envoyés dans un village éloigné, sis dans les lagunes de Guadalquivir, pour  enquêter sur la disparition de deux adolescents. Dans une communauté enfermée  dans le passé, ils ont à affronter 

Libé
Lundi 30 Mars 2015

Lu 344 fois


1.Posté par Abdallah BAYAHIA le 01/04/2015 08:25
Comme je l'ai signifié de vive voix à M.Housni,je souhaite à cette édition du festival de Tétouan tout le succès qu'il mérite,comme il l'a été depuis longtemps et comme je l'ai connu et contribué modestement à son rayonnement,il-y-a quelques années. Pour des raisons indépendantes de ma volonté,je regrette de ne pas y être présent cette fois-ci,mais je ne le manquerai surtout pas lors de la prochaine édition. Bon courage à toute l'équipe. Abdallah BAYAHIA.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs