Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Opération régionale Barkhane pour remplacer Serval au Mali

Les conditions de retrait des troupes françaises loin d’être réunies




Opération régionale Barkhane pour remplacer Serval au Mali
L'opération française Serval au Mali, lancée en janvier 2013, est "terminée" et sera remplacée par l'opération régionale "Barkhane" pour lutter contre le terrorisme au Sahel, dotée de "3.000 militaires", a annoncé dimanche le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. "Le président de la République a souhaité qu'il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone" du Sahel, avec "l'opération Barkhane" dont "l'objectif est essentiellement du contre-terrorisme", a-t-il déclaré lors d'une émission politique.  Barkhane est le nom d'une dune de la forme d'un croissant allongé dans le sens du vent. Lancée le 11 janvier 2013 pour stopper la progression des islamistes armés et soutenir les troupes maliennes, l'opération Serval est "terminée de fait", a-t-il dit. "L'opération contre le terrorisme a été menée à bien, avec une grande efficacité", avec "beaucoup d'élimination" de terroristes "et beaucoup de stocks d'armes repris", selon Le Drian. "Maintenant il y a le souci pour nous et pour les pays de la zone de veiller à ce qu'il n'y ait pas de recrudescence" du terrorisme car "il y a toujours des risques majeurs de développement de jihadistes dans la zone qui va de la Corne d'Afrique à la Guinée-Bissau", a-t-il insisté. L'opération Barkhane "va se mettre en place dans les jours qui viennent", "en partenariat avec les cinq pays de la zone sahélo-saharienne". Elle sera dotée d'"à peu près 3.000 militaires en tout" et sera appuyée par "des drones, des hélicoptères, des avions de chasse" pour avoir "la réactivité nécessaire. Le but, c'est d'empêcher que l'autoroute de tous les trafics ne devienne un lieu de passage permanent, de reconstitution des groupes jihadistes entre la Libye et l'océan Atlantique. C'est notre sécurité qui est en jeu!".
Mercredi, des députés français, auteurs d'un rapport sur la présence militaire française en Afrique, avaient jugé que les conditions d'un retrait des troupes françaises du Mali et de Centrafrique étaient "loin d'être réunies" et que les opérations Serval (au Mali) et Sangaris (en Centrafrique) étaient "loin d'être finies". 
Au Mali, où la France compte encore environ 1.800 soldats, le scénario de sortie de crise reste incertain pour deux raisons principales, selon eux. D'une part, le "passage de relais" à d'autres forces "paraît pour le moins compliqué", en raison de la lenteur de la mise en place de la force de stabilisation de l'ONU (Minusma). La deuxième raison est que "le processus de réconciliation entre Maliens piétine".  

AFP
Lundi 14 Juillet 2014

Lu 318 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs