Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle manifestation à Bahreïn


Les heurts ont fait deux morts



Nouvelle manifestation à Bahreïn
L’opposition à Bahreïn a organisé vendredi une nouvelle manifestation près de Manama, au lendemain d’affrontements ayant fait deux morts lors des commémorations du 2e anniversaire du soulèvement animé par la majorité chiite qui réclame des réformes démocratiques. La manifestation, prévue en milieu d’après-midi sur Boudaya, une route reliant plusieurs villages chiites, survient sur fond de vive tension dans ce petit pays du Golfe dirigé par une dynastie sunnite et confronté depuis deux ans à une crise politique.
Le ministère de l’Intérieur a annoncé la mort dans la nuit d’un policier, touché par un projectile incendiaire lancé par des manifestants lors d’affrontements à Al-Sahla, un village chiite près de Manama. Sa mort est intervenue au terme d’une journée d’affrontements dans plusieurs villages chiites, au cours desquels un jeune protestataire a été tué. Hussein Al-Jaziri, 16 ans, est mort après avoir été grièvement blessé, notamment à la poitrine, par des tirs à la chevrotine, lors d’affrontements avec les forces anti-émeutes dans le village de Daih, selon la principale formation de l’opposition chiite, Al-Wefaq.  En outre, a ajouté le ministère, une unité de la lutte anti-terroriste a désamorcé jeudi soir une bombe de près de deux kilogrammes, placée sur le pont-digue du roi Fahd qui relie depuis 1986 Bahreïn à la province orientale de l’Arabie Saoudite.
Le parquet, cité par l’agence de presse officielle BNA, a annoncé qu’il interrogeait deux policiers soupçonnés d’implication dans la mort du protestataire. Les forces anti-émeutes, déployées en force, ont fait usage de gaz lacrymogène et tiré à la chevrotine contre les manifestants, qui leur lançaient des pierres et des cocktails Molotov.
Les protestataires ont bloqué les accès des villages avec des pneus en feu, des troncs d’arbres ou des bennes à ordures, selon des témoins et fait exploser des bonbonnes de gaz, ont indiqué des habitants contactés par téléphone.
La contestation, déclenchée en 2011, s’est soldée par 80 morts selon la Fédération internationale des droits de l’Homme. Plusieurs dirigeants de l’opposition sont emprisonnés depuis.

Libé
Samedi 16 Février 2013

Lu 176 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs