Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle attaque de Boko Haram au Nigeria

Plusieurs personnes tuées dans l’Etat de Borno




Nouvelle attaque  de Boko Haram au Nigeria
Plusieurs personnes ont été tuées samedi lors de plusieurs attaques de membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram contre quatre villages du nord-est du Nigeria, dans l'Etat de Borno, ont affirmé des témoins dimanche.
Les villages visés, Nuwari, Musari et Walori, sont situés dans le district de Gamboru, près de la frontière avec le Cameroun, l'un des secteurs les plus touchés par le soulèvement de la secte.
Selon un témoin, des hommes en armes, certains habillés en soldats, et juchés sur des véhicules 4x4, ont ouvert le feu sur des villageois et mis le feu à leurs maisons. Il y aurait eu 15 morts, selon le témoin, mais ce chiffre n'a pas été confirmé officiellement. 
35 personnes avaient été tuées jeudi dans une attaque similaire dans le même secteur.
Par ailleurs, une trentaine de Nigérians en situation irrégulière ont été arrêtés dans l'extrême-nord du Cameroun, où l'armée a commencé à déployer d'importants renforts pour faire face à la menace du groupe islamiste Boko Haram, a indiqué vendredi à l'AFP la gendarmerie locale.
"Les forces de sécurité et de défense ont interpellé hier (jeudi) 29 Nigérians suspects", sur deux petites îles camerounaises situées dans la zone du lac Tchad, a déclaré un responsable de la gendarmerie de Fotokol, ville camerounaise frontalière du Nigeria.
"Il s'agit de personnes trouvées en situation irrégulière. Ce matin (vendredi) la gendarmerie de Fotokol les a remis aux responsables de l'immigration nigérians" positionnés à Gambaru, localité nigériane proche de la frontière.
"Il appartient maintenant aux autorités nigérianes de les exploiter (interroger) pour déterminer s'il s'agit de (militants de) Boko Haram ou pas", a ajouté le responsable.
"Ces interpellations ont eu lieu à la suite du bouclage de la zone du lac Tchad que certains présentent comme étant une base de repli pour Boko Haram", a-t-il précisé.
Le Cameroun, qui partage plus de 2.000 km de frontière avec le Nigeria, subit de plus en plus d'attaques ciblées des islamistes armés, dont la dernière mercredi où trois militaires camerounais ont été blessés.
Le 17 mai, les présidents du Nigeria et de quatre pays voisins, dont le Camerounais Paul Biya, réunis à Paris, ont adopté un plan de "guerre"contre Boko Haram, qualifié de "menace majeure" pour la région.
Dans la foulée, l'armée camerounaise a commencé à déployer d'importants renforts militaires - 2.000 à 3.000 hommes selon les sources sécuritaires - dans l'extrême nord du pays pour lutter contre les insurgés nigérians.
Dans les environs de Fotokol, ce sont ainsi plus de 300 soldats au total qui patrouilleront dans la zone du lac Tchad dans les prochains jours, selon le responsable de la gendarmerie.
L'insurrection islamiste est montée en puissance depuis 2009 dans le Nord, faisant des milliers de morts. Le mouvement a intensifié ces derniers mois ses attaques, tuant plus de 2.000 personnes depuis le début de 2014 dans le pays.

AFP
Lundi 2 Juin 2014

Lu 96 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs