Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau raid aérien sur l'aéroport de Tripoli en Libye




Nouveau raid aérien sur l'aéroport de Tripoli en Libye
Un nouveau raid aérien a été mené mardi matin contre l'aéroport de Mitiga, le seul en service à Tripoli, quelques heures après une première attaque revendiquée par les forces du général Khalifa Haftar, selon des témoins.
 "Nous avons entendu le vrombissement d'un avion puis des explosions dans le périmètre à l'aéroport", a indiqué un témoin qui n'était pas en mesure de préciser si le raid avait fait des victimes ou provoqué des dégâts.
 La veille, une source à l'aéroport avait indiqué que le premier raid n'aurait pas provoqué des dégâts dans le terminal ni sur la piste d'atterrissage. Les vols avaient été temporairement suspendus avant de reprendre quelques heures plus tard.
Contrôlée par les forces de Fajr Libya, la base militaire de Mitiga, dans l'est de la capitale, a été ouverte au trafic civil après que l'aéroport international a été gravement endommagé par les combats entre milices l'été dernier. Seules les deux compagnies nationales y opèrent.
 En août, Tripoli était tombée aux mains de Fajr Libya, une coalition de milices de l'ouest du pays, qui en a chassé les milices rivales de Zentan et a installé un gouvernement parallèle dans la capitale.
 Des forces loyales au général Khalifa Haftar et au gouvernement reconnu par la communauté internationale mènent actuellement des offensives à l'ouest de Tripoli ainsi qu'à Benghazi (est) pour tenter de reconquérir les deux plus grandes villes du pays.
Par ailleurs, l'idéologie extrême du groupe Etat Islamique (EI) attire des sympathisants dans les milieux radicaux en Libye, où la ville de Derna (est), transformée en "émirat islamique", est devenue le fief des partisans de l'EI, selon des experts.
Certains observateurs occidentaux considèrent déjà cette ville de 150.000 habitants, place forte historique des islamistes radicaux dans l'est libyen, comme la troisième franchise d'EI en Afrique du Nord, après Jund al-Khilafa, en Algérie, et Ansar Bayt al-Maqdiss en Egypte.
 Le dirigeant de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, a récemment vanté dans un enregistrement audio l'expansion du "califat" annonçant avoir accepté les serments d'allégeance émis par des jihadistes de Libye, d'Egypte, du Yémen, d'Arabie saoudite et d'Algérie.
 "L'EI est bien à Derna. Ceci est bien documenté. Il n'y a plus de doute", a souligné l'homme politique Othman Ben Sassi.
 Ce groupe "profite de l'absence de toute autorité de l'Etat et des frontières poreuses" dans ce pays en proie au chaos, où deux parlements et deux gouvernements se disputent le pouvoir sur fonds de violences meurtrières, regrette cet ancien membre du Conseil national de transition (CNT), l'ex-bras politique de la rébellion contre Kadhafi.  

AFP
Mercredi 26 Novembre 2014

Lu 395 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs