Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau coup de pouce au partenariat stratégique entre Rabat et Washington

Signature d’un accord maroco-américain de facilitation du commerce




Nouveau coup de pouce au partenariat stratégique entre Rabat et Washington
Le Maroc et les Etats-Unis ont signé, jeudi, à Washington, un accord bilatéral de facilitation du commerce visant à promouvoir les échanges commerciaux entre les deux pays à travers notamment la simplification des procédures douanières et administratives.
Cet accord, signé par le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, et le représentant américain au commerce (USTR), Michael Froman, s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’Accord de libre-échange (ALE) en vigueur entre les deux pays depuis 2006, et entend ainsi booster la compétitivité du Maroc et améliorer l’environnement du commerce dans le Royaume.
D’après le bureau du représentant américain au commerce, le Maroc représente «le premier pays de la région à conclure un accord bilatéral de facilitation du commerce» avec les Etats-Unis et à endosser les «principes conjoints sur l’investissement» et le «commerce des services liés aux technologies de l’information et de la communication».
Pour rappel, depuis l’entrée en vigueur de l’ALE en 2006, les échanges économiques entre le Maroc et les Etats-Unis ont marqué une hausse significative, comme en témoigne le volume des échanges commerciaux bilatéraux qui ont connu une augmentation globale de 300%. Et les investissements directs étrangers américains au Maroc ont aussi quadruplé au cours de cette même période, pour se chiffrer à 613 millions de dollars en termes d’investissements en Bourse en 2012, selon la même source.
Par ailleurs, la délégation de haut niveau qui accompagne le Souverain dans cette visite a examiné le jour même à Washington, les moyens de faire progresser le nouveau partenariat stratégique Maroc-Etats-Unis «face à des défis communs» dans le cadre d’une «coopération active» au service des deux peuples amis et d’un partenariat arrivé à «maturité».

 Lors d’une conférence internationale organisée par le prestigieux think tank américain «Atlantic Council» et marquée par une intervention notamment du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, en présence d’un parterre de politiques, d’hommes d’affaires, de diplomates, d’experts et des médias, les participants ont souligné cette «volonté affirmée» de construire «des choses ensemble» pour que cette relation «d’exception aille encore plus loin» et s’adapte aux «enjeux et défis» dans la région et dans le monde. Il y a une «volonté affirmée de construire des choses solides entre nous pour que cette relation d’exception aille encore plus loin», a affirmé M. Mezouar lors de cette rencontre sur la promotion du «nouveau partenariat Maroc-USA», modérée par Peter Pham, directeur de l’Africa Center relevant de l’Atlantic Council.
Face à des «défis critiques et des opportunités historiques», l’heure est venue aujourd’hui pour que les deux nations agissent “avec un objectif commun, selon leurs atouts respectifs”, a souligné, pour sa part, l’ancien sous-secrétaire américain au Commerce, Stuart Eizenstat, dans une note introductive.
Pour l’ancien responsable américain, à l’origine de l’initiative éponyme (1999) visant le lancement d’une nouvelle initiative économique entre les Etats d’Afrique du Nord et les Etats-Unis, les deux pays peuvent jouer «un rôle stratégique en mobilisant leur engagement et consensus en faveur de solutions durables aux défis» de la région.
 «Le Maroc et les Etats-Unis sont d’excellents partenaires en cette période complexe», a-t-il dit, formant le voeu de voir «la rencontre vendredi au sommet entre SM le Roi Mohammed VI et le Président Barack Obama refléter la nouvelle importance stratégique de ce partenariat et le potentiel de son évolution».
«La région vit une phase sensible de son histoire et au moment où certains pays sont encore secoués par des troubles politiques et sociaux, nous nous devons d’ouvrir la voie pour aller vers un développement inclusif, durable et prospère», a répondu en écho le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Nizar Baraka. Il s’agit, a-t-il dit, d’un «moment idoine pour élargir et renforcer notre coopération économique», évoquant les possibilités de complémentarité entre le rôle et l’action du Royaume, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi, au niveau africain, et la volonté du Président Barack Obama de développer des initiatives pour l’Afrique.

Mohammed Taleb
Samedi 23 Novembre 2013

Lu 792 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs