Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau Lycée qualifiant de Tafraout : Manifestation des élèves contre les débrayages de leurs profs




Nouveau Lycée qualifiant de Tafraout : Manifestation des élèves contre les débrayages de leurs profs
Jeudi 30 décembre à 8h, au Nouveau lycée qualifiant  de Tafraout, ça  ne se bousculait pas  comme d’habitude devant les classes.  Aujourd’hui, les élèves  boycottent  les cours de la matinée. Des attroupements se forment alors dans la cour de  récréation dans une ambiance bon enfant. Banderoles et portraits de S.M le Roi  sont aussitôt distribués.
Et c’est parti pour une manifestation !  «C’est le comble ! On en a ras–le-bol de ces mouvements de grève de nos enseignants qui se suivent sans vouloir s’arrêter !», tonnent deux étudiantes en première année bac lettres, en brandissant une banderole où est écrit : «Ça suffit !, Arrêtez vos grèves !».  Au moment où une cinquantaine d’élèves prennent d’assaut les couloirs du bâtiment de leur école d’où ils étalent une large bande portant l’inscription : «Trop ! trop  ! on en a marre de rebrousser chemin à chaque fois. Vivement la reprise des cours ! ».
En effet,   depuis le début de l’année scolaire, les jours de grèves observées par leurs enseignants ne cessent d’aller crescendo.   Au juste :« Il y a une cumulation de presque un mois de débrayages. C’est un peu fort de café,  non ?! ! », lance un groupe d’élèves à tue- tête  pour faire entendre sa voix dans le chahut ambiant.  Mais, ce sont surtout les derniers mouvements de grève  qui ont fait déborder le vase.
Au début de ce  mois, presque deux jours par semaine,  les professeurs décident de ne pas donner cours.  Avant de mettre un bémol à leur mouvement protestataire en optant pour  deux heures de grève par jour. Rappelons que l’escalade du mouvement des enseignants est dû aux retenues sur salaires  des jours de grève, effectuées par le ministère de tutelle. Une disposition prise à l’encontre de  l’ensemble des grévistes du corps enseignant du Souss-Massa-Drâa et qui a exacerbé son courroux y voyant une mesure « inique » puisque le droit à la grève est garanti par la constitution.
La sourde oreille simulée par le MEN à l’égard de ces enseignants réclamant la restitution des sommes défalquées de leurs traitements, a donné lieu à un  bras de fer entre les deux antagonistes. Ce qui justifie, d’ailleurs, la colère des élèves. Et c’est nous, du coup, qui trinquons à cause de cette épreuve de force  incongrue !  Que de cours  sont ratés, depuis ! Qu’allons –nous faire maintenant  ?, s’exclame, indignée une élève du tronc commun. Recourir au rattrapage des cours manqués ? «Avec tous les mouvements de grève passés et futurs, il est très difficile  de pouvoir s’en sortir. Même en optant pour cette solution, accélérer des cours de rattrapage sera insupportable pour nous », rétorquent ses camarades. Avant d’ajouter que cette « débrouillardise » anti-pédagogique, est une manière d’expédier des cours ingurgités à la va-vite. Pour Fatima qui doit passer son bac cette année, eu égard à tous ces retards, il est évident qu’on ne va pas terminer le programme scolaire avant l’échéance des examens. Ce qui ne manquera pas de donner du fil à retordre aux élèves qui n’auront pas ainsi assez de temps pour des révisions, explique-t-elle.
Les parents d’élèves ne cachent plus leur inquiétude quant à la scolarité et l’avenir de leurs enfants. Tout en se montrant partagé quant à la partie à incriminer. « C’est pour la première fois qu’on assiste à un tel recours  frénétique  aux débrayages. C’est insensé !. Le ministère doit cesser ce jeu dangereux qui ne fait que descendre encore plus bas la cote de l’enseignement public qui patauge déjà dans la crise  », nous lance un membre de l’Association des parents d’élèves du lycée. Alors que le tuteur d’une élève pointe du doigt les syndicats auxquels il n’hésite pas à imputer la responsabilité.  « Les intérêts corporatistes font oublier aux syndicats ceux des élèves. C’est une supercherie que de prétendre placer l’apprenant au centre de ses préoccupations et se lancer dans d’interminables  grèves préjudiciables à sa scolarité », tonne-t-il.  
Il est à souligner que le conflit entre le ministère de l’Education nationale et les syndicats est en passe de trouver une solution. Les syndicats semblent prendre le dessus puisque le MEN a dû plier l’échine et ouvrir  le débat avec ces partenaires  dans la perspective de décrisper la situation.  Dans un communiqué signé par cinq syndicats les plus représentatifs du secteur, on parle même de l’engagement du ministère à restituer les prélèvements opérés  et ceux prévus pour décembre. Un  dénouement qui  trahit, à bien des égards l’inanité d’un tel conflit et les mesures injustes du ministère à l’encontre des grévistes.  Cela aurait pu être évité et épargner ainsi aux élèves tous ces dommages collatéraux en termes de perturbation de la normalité des cours. 

IDRISS OUCHAGOUR
Samedi 1 Janvier 2011

Lu 873 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs