Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouri Al-Maliki creuse les divisions en accusant les Kurdes d'héberger des jihadistes

Les autorités de la région autonome qualifient le Premier ministre d'"hystérique"




Nouri Al-Maliki creuse  les divisions en accusant les Kurdes d'héberger des jihadistes
Un porte-parole du président de la région autonome du Kurdistan a accusé jeudi le Premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, d'être "devenu hystérique" après qu'il a accusé les Kurdes d'abriter des jihadistes. Maliki "est devenu hystérique et a perdu l'équilibre", selon un communiqué publié sur le site de la présidence kurde appelant le Premier ministre à "s'excuser auprès du peuple irakien et à démissionner".  
Des insurgés menés par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont lancé il y a plus d'un mois une offensive fulgurante, s'emparant de pans entiers du pays et plaçant M. Maliki sous le feu de critiques internes et internationales, l'accusant d'avoir mené une politique confessionnelle propice aux divisions. "Vous avez détruit le pays, et quelqu'un qui a détruit le pays ne peut pas sauver le pays des crises", poursuit le communiqué, au lendemain de déclarations de Maliki dans lesquelles il a assuré qu'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, était devenue un "quartier général pour l'Etat islamique (EI)". 
Le Premier ministre avait également fustigé la proposition du président du Kurdistan irakien d'un référendum d'indépendance, formulée après que les forces kurdes se sont emparées de territoires disputés à l'autorité de Bagdad à la faveur de l'offensive jihadiste. L'avancée des jihadistes, les volontés de sécession kurde et l'impasse dans laquelle se trouve le processus de formation d'un gouvernement menacent sérieusement le pays d'éclatement, selon plusieurs analystes. 
Un mois jour pour jour après le début de l'offensive jihadiste qui a fait des centaines de morts, poussé des centaines de milliers d'Irakiens à fuir et permis à l'EI de proclamer un "califat" sur une zone à cheval entre la Syrie et l'Irak, les politiciens restent dans l'incapacité de faire front commun. Bien avant l'attaque jihadiste, l'Irak était plongé dans une crise politique cumulée à une escalade des violences meurtrières depuis plus d'un an, Maliki étant accusé par ses détracteurs d'accaparer le pouvoir, de corruption et de marginaliser la minorité sunnite. Les divisions confessionnelles font craindre un retour aux atrocités du conflit de 2006-2007 entre chiites et sunnites qui a fait des dizaines de milliers de morts.
Mercredi, les corps de 53 hommes, ligotés et exécutés ont été découverts dans des vergers au sud de Hilla (centre).
Malgré l'aide des Etats-Unis, de la Russie et des milices chiites, l'armée tente toujours sans grand succès de reconquérir les régions prises par les jihadistes, notamment celle de Tikrit, fief de Saddam Hussein. Alors que l'EI s'approche de Bagdad, neuf soldats ont péri dans des combats avec des jihadistes au nord de Baqouba (60 km au nord de la capitale). 
Plus au nord, aux environs de Kirkouk, ville pétrolière contrôlée par les forces kurdes, des insurgés ont orchestré une démonstration de force en paradant dans des dizaines de véhicules, dont certains pris à l'armée, arborant armes et drapeaux aux couleurs de l'EI, selon des témoins.  

AFP
Vendredi 11 Juillet 2014

Lu 119 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs