Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Attentat

Six personnes ont été tuées dimanche dans l'ouest de Bagdad dans un attentat suicide revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).
18 personnes ont également été blessées dans cet attentat dans le quartier d'Iskan, selon un porte-parole des services de sécurité. L'EI a annoncé dans un communiqué qu'il avait été perpétré par un Irakien ayant déclenché sa ceinture d'explosifs.
Le groupe ultraradical sunnite mène fréquemment des attaques de ce type contre des civils, surtout des chiites, et des forces de sécurité à Bagdad et dans d'autres régions. Il a notamment revendiqué samedi des attaques qui ont fait 12 morts dans la ville de Tikrit, au nord de la capitale.
Avec l'aide de la coalition internationale antijihadistes menée par Washington, les forces armées ont regagné beaucoup de terrain perdu face à l'EI en 2014 et cherchent désormais à reprendre Mossoul (nord), deuxième ville d'Irak.

Raids

De nouveaux bombardements aériens ont touché lundi les quartiers rebelles de la métropole syrienne d'Alep, où équipements médicaux et nourriture sont de plus en plus rares, a constaté le correspondant de l'AFP.
D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le bilan des morts a grimpé à au moins 128, en très grande majorité des civils, depuis jeudi soir, lorsque l'armée du régime a annoncé une offensive majeure pour reconquérir la totalité d'Alep.
Des "dizaines de raids" ont été menés par les avions russes et du régime à partir de minuit sur l'est de la ville contrôlé par les rebelles, d'après l'OSDH. Ils se sont intensifiés à l'aube, provoquant d'importants incendies, selon le correspondant de l'AFP.
Parmi les morts figurent 20 enfants et 9 femmes, a précisé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH. En outre, 36 civils ont été tués dans les zones rurales de la province d'Alep, et environ 400 blessés sur l'ensemble de la province, selon lui.
Les quelque 250.000 habitants des quartiers rebelles d'Alep ne reçoivent plus d'aide de l'extérieur depuis pratiquement deux mois et sont privés depuis samedi d'eau à cause des bombardements, selon l'Unicef.
Les hôpitaux "font face à une très forte pression en raison du nombre élevé de blessés et du manque de sang disponible lié en partie à l'absence de chirurgiens spécialisés dans les transfusions", a indiqué une source médicale à l'AFP. "De ce fait, les blessés les plus sérieux sont immédiatement amputés".

 

Mardi 27 Septembre 2016

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs