Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Né demain”, un ouvrage en hommage à Abdelkébir Khatibi




“Né demain”,  un ouvrage en  hommage à Abdelkébir Khatibi
Vient de paraître aux Editions de Slaiki Akhawayn-Tanger- un ouvrage collectif intitulé: «Né demain» en hommage à Abdelkébir Khatibi (sociologue, romancier, poète, critique d’art décédé le 16 mars 2009) et dirigé par son neveu le poète Mourad El Khatibi  qui a publié quatre recueils de poèmes en arabe et prépare actuellement sa thèse de doctorat à l’Université Mohammed V à Rabat, département d’anglais. Cet ouvrage, de 168 pages, contient des études sur l’œuvre khatibienne, des poèmes, des témoignages en trois langues: français, arabe et anglais en plus de deux interviews avec le regretté Khatibi (une interview en arabe enregistrée trois mois avant son hospitalisation et l’autre en français).
Ont participé dans cet ouvrage : le philosophe américain Samuel Weber, le chercheur Alfonso de Toro, le chercheur et écrivain américain Ken Harrow, l’écrivain marocain Abdelmajid  Benjelloun, la chercheuse américaine Alison Rice, le poète Mohammed Bennis, l’écrivain marocain Said Ahid, la poétesse Maria Zaki, la sociologue suédoise Mona Martensson (son ex-femme),le sociologue Jean Zaganiaris, l’écrivain irakien Ali Kassimi ,l’écrivain marocain Noureddine Mhakkak, l’écrivain tunisien Naceur Bencheikh, entre autres. L’ouvrage comporte aussi des témoignages de quelques membres de la famille Khatibi comme sa sœur Zoubida El Khatibi, ses nièces Rabia El Khatibi et Siham El Khatibi, sa femme…
Dans l’introduction de cet ouvrage, Mourad El Khatibi écrit: “Je suis né demain» est une phrase qu’Abdelkébir Khatibi ne cessait de répéter dans différentes rencontres culturelles et la ville d’El Jadida, sa ville natale,  était, à mon avis, le dernier espace où il la prononçait et ce, lors d’un colloque scientifique international organisé par l’Université Chouaib Doukkali au mois de mars 2008 en son hommage. Nous retenons donc cette phrase comme titre à cet ouvrage”.
Cette phrase très symbolique résume en quelque sorte la pensée khatibienne basée sur le concept de la mémoire ouverte au temps  dans sa dimension plurielle.
 Abdelkébir Khatibi est né à El Jadida le 11 février 1938.Il est sociologue de formation mais  il est à la fois poète, romancier, critique d’art, philosophe et essayiste. Cette diversité distingue Abdelkébir Khatibi des autres écrivains d’ici ou d’ailleurs. 

A.N
Vendredi 25 Avril 2014

Lu 687 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs