Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nasser Bourita : L’ONU réaffirme les paramètres du processus politique définis depuis 2007




L’initiative marocaine d’autonomie, présentée par le Royaume en 2007, a été de nouveau confortée par la résolution 2351 adoptée par le Conseil de sécurité à l’unanimité de ses membres, s'est félicité, samedi, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita. 
Dans cette résolution, le Conseil de sécurité prend note encore une fois de la proposition marocaine en se félicitant des efforts «sérieux et crédibles» consentis par le Royaume pour aller de l’avant vers un règlement définitif du conflit artificiel autour de la marocanité du Sahara, a-t-il noté lors d'une rencontre avec la presse à Rabat, estimant qu'il s'agit là «d'un élément fondamental». 
«La résolution du Conseil de sécurité est très claire à ce sujet, en ce sens qu’il existe une dynamique créée depuis 2007 et qui constitue aujourd’hui une référence et une base de travail pour les Nations unies sur cette question», a fait observer le responsable marocain.  Et de souligner que grâce aux actions menées par S.M le Roi Mohammed VI, le Maroc a contribué grandement à la création de l'atmosphère de sérénité dans laquelle se sont déroulés les débats au sein du Conseil de sécurité. 
Plusieurs paramètres contenus dans le rapport du Secrétaire général de l'ONU et la résolution du Conseil de sécurité rejoignent les éléments de la position marocaine, a fait remarquer Nasser Bourita, précisant que la résolution onusienne réaffirme, clairement, les paramètres du processus politique tels que définis depuis 2007. 
Ainsi, pour le Conseil de sécurité, ce processus doit être guidé par le «réalisme et l’esprit de compromis», comme en témoigne son appel à ce que les efforts déployés depuis 2006 et les nouveaux développements intervenus depuis soient pris en considération, et ce en faisant preuve de réalisme et d’un esprit de compromis, a-t-il expliqué. 
Le compromis suppose que chaque partie se départisse de ses positions initiales, a relevé le ministre, précisant que le Maroc en a donné la preuve à travers l’initiative d’autonomie, tandis que les autres parties doivent faire preuve de la même logique de réalisme et d’esprit de compromis en s'éloignant de tout ce qui est «irréalisable et irréaliste». 
La nouvelle résolution met l'accent sur la dimension régionale du conflit autour de la question du Sahara marocain, en demandant aux pays voisins de coopérer clairement avec l’ONU et de s’impliquer plus résolument pour mettre fin à l’impasse actuelle et progresser sur la voie d’une solution politique, a poursuivi le responsable marocain. 
Le Conseil de sécurité rejoint ainsi l’appel du Secrétaire général de l’ONU en soulignant que «l’Algérie et la Mauritanie peuvent et doivent prêter un important concours à ce processus», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il s'agit là d'un «fait nouveau» dans la résolution onusienne. 
La responsabilité des pays voisins, en particulier l'Algérie, est soulignée sans équivoque dans cette résolution, comme elle a été évoquée de manière très claire dans le rapport du Secrétaire général de l’ONU, a-t-il relevé. 
Il ne s'agit plus d'une «contribution optionnelle ou volontaire», mais d'une «obligation de s’impliquer dans la recherche» d'une solution définitive à ce conflit artificiel, a dit le ministre. 
Pour Nasser Bourita, la dimension régionale a été clairement évoquée par le Conseil de sécurité en considérant que la solution politique à ce différend, qui n'a que trop duré, et le renforcement de la coopération entre les pays membres de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), contribueront à la stabilité et à la sécurité de la région. 
En leur faisant obligation de contribuer à ce processus, le Conseil de sécurité a mis les pays voisins devant leurs responsabilités, a-t-il souligné, affirmant que le concours de l'Algérie doit se hisser au niveau du rôle qu'elle a joué dans la création de ce conflit. 
En dépit des tentatives des autres parties de dévier l'attention du processus politique, en cherchant vainement à soulever, comme ce fut le cas lors des dernières années, un débat sur les droits de l’Homme, les ressources naturelles et le mandat de la MINURSO, le Conseil de sécurité a prouvé encore une fois qu'il est conscient que le processus politique reste la clé de toute solution à ce conflit artificiel, a-t-il ajouté. 
Il est important aujourd’hui qu’il y ait ce recentrage sur le processus politique en évitant de dresser des obstacles pour détourner l’attention et dissimuler un manque d’engagement des autres parties, a insisté le ministre, précisant que l'absence dans la résolution onusienne de toute référence à la «pleine fonctionnalité» de la MINURSO, contrairement à l'année dernière, prouve que cette question n’est plus d’actualité pour le Conseil de sécurité grâce à l’interaction entre le Royaume et le Secrétariat général de l’ONU. 
La responsabilité de l'Algérie dans le recensement des populations des camps de Tindouf a été de nouveau pointée du doigt par le Conseil de sécurité, tout en insistant sur la nécessité de prendre des mesures concrètes pour la mise en oeuvre de cette opération, a noté le ministre, qui a relevé qu’il s'agit là d'une nouveauté par rapport aux années précédentes. 
Nasser Bourita a, par ailleurs, salué la position de Washington, réaffirmée par la nouvelle administration américaine, au sujet de la proposition marocaine d’autonomie, qualifiée de «sérieuse, crédible et réaliste», tout en soulignant qu'elle représente une «approche potentielle pour satisfaire les aspirations de la population du Sahara à gérer ses propres affaires dans la paix et la dignité». 
La même position a été réitérée très clairement par la France et le Sénégal, a ajouté le ministre, faisant remarquer que «trois pays issus de trois continents convergent vers cette proposition d’autonomie». 

Lundi 1 Mai 2017

Lu 1068 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs