Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mustapha Ramid prône le maintien de la peine capitale

Pour le Pt du CMCPM, l’interprétation du ministre de la Justice est en contradiction avec l’article 20 de la Constitution




Mustapha Ramid prône le maintien de la peine capitale
Le ministre de la Justice et des Libertés semble camper obstinément sur sa position concernant l’abolition de la peine de mort.
Répondant à une question orale posée par le Groupe fédéral à la Chambre des conseillers mardi dernier, Mustapha Ramid a réitéré la position du gouvernement Benkirane refusant toute abolition de la peine capitale prétextant que les conventions internationales et régionales ont, certes, insisté sur le principe du droit à la vie, mais n’ont pas considéré cette peine comme contraire à ce droit tout imposant quelques règles à son application.
Il a rappelé, dans ce sens, que la plupart des intervenants aux débats du dialogue national sur la réforme de la justice, étaient opposés à l’abolition de la peine de mort, et ont simplement convenu de revoir la liste des crimes qui en sont passibles.
Pour Abderrahim El Jamai, président du Collectif marocain contre la peine de mort, le ministre de la Justice s’est triplement trompé.
Il a tout d’abord prétendu qu’il n’existe pas de conventions internationales prônant la nécessité d’abolir cette peine, alors qu’il y en a plusieurs dont la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants que le Maroc a ratifiée. De plus, la peine capitale y est définie comme une sorte de torture physique et de traitement dégradant de la dignité humaine.
Ensuite, l’interprétation du ministre de la Justice et des Libertés contredit totalement l’article 20 de la Constitution 2011 qui consacre le droit à la vie. Il devrait, selon El Jamai, être conséquent avec son référentiel religieux : s’il accepte de maintenir la peine capitale, ne devrait-il pas faire de même en ce qui concerne d’autres peines corporelles prescrites par la Charia comme la flagellation et l’amputation des mains?
Pour Abderrahim El Jamai, Mustapha Ramid oublie tout simplement que le Maroc a pris des engagements envers l’Union européenne dont tous les pays ont aboli cette peine.
D’après ce juriste, la déclaration du ministre va à l’encontre de la mise à niveau des législations nationales et leur mise en adéquation avec les règles juridiques à dimension humaine en cours dans l’espace européen.

T.M
Jeudi 25 Décembre 2014

Lu 1034 fois


1.Posté par Belhajilali le 25/12/2014 17:17
Mr Jamaï a oublié que le Maroc n'a pas ratifié la convention internationale sur l'abolition de la peine capitale et a toujours exprimé ses réserves là-dessus.
Son argument "le droit à la vie" est bpîteux;il s'agit du droit à la vie pour quiconque ne l'ôte pas aux autres de sang froid.Quant à ces histoires de flagellation,etc...c'est de l'anticipation digne d'un collégien de niveau très moyen.Reste l'UE qui n'a jamais posé comme condition à ses accords avec nous, l'abolition de la peine capitale.
Ce n'est pas d'abolir ou non la peine capitale qu'il s'agit ,mais des gens peu aptes à défendre une cause et qui s'en occupent quand-même.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs