Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mustapha Ramid conspué : Le ministre de la Justice persona non grata dans les provinces sahariennes




Mustapha Ramid conspué : Le ministre de la Justice persona non grata dans les provinces sahariennes
Après Dakhla, Boujdour, Laâyoune et Smara, le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, est arrivé à Tan Tan où l’accueil, sans être chaleureux, était, tout au moins chaud, voire très chaud. Slogans criés  et pancartes brandies à l’entrée du tribunal de première instance de Tan Tan auquel Mustapha Ramid a rendu  visite comme partout dans les autres villes des provinces du Sud dans le cadre de sa première visite officielle des institutions relevant de son département. Des haut-parleurs diffusaient des slogans dénonçant la gabegie, le favoritisme et l’injustice qui s’accentuent depuis l’avènement du gouvernement Benkirane.
Le ministre était accompagné des présidents des conseils municipal d’Al Ouattia et ruraux de Ch’Bika et Lamsid, ainsi que du président du conseil provincial, du président du tribunal de Tan Tan et du procureur du Roi. Sitôt arrivé au palais de justice, des heurts ont commencé. Les représentants des associations locales des droits de l’Homme ont exprimé leur colère face au refus des forces de l’ordre de les laisser accompagner le ministre qui a ordonné au procureur du Roi de faire saisir les haut-parleurs utilisés par les greffiers et  autres agents du parquet.
Dans le hall du palais, le ministre s’est rendu compte de l’absence de sièges permettant l’attente ainsi que d’une sonorisation dans les différentes salles d’audience. Il a donné ses instructions pour que ces équipements soient installés ainsi que l’aménagement d’un lieu de culte. Le ministre qui était attendu en fin de matinée, a fait une pause chez le gouverneur et n’est arrivé au tribunal qu’à 16 heures, marquant ainsi la ponctualité qui caractérise nos dirigeants. Eludant une question posée sur les raisons de ce retard, le ministre a indiqué que la visite dans les provinces du Sud entre dans le cadre de celles qu’il se propose d’effectuer dans tous les tribunaux du Royaume. Il a indiqué la tenue prochaine d’une conférence sur la justice et les médias et que dans le cadre de la restructuration des tribunaux, un service sera créé pour permettre la communication entre la justice et la presse.
Avant de clore cette visite qui s’était caractérisée par un déploiement sans précédent des forces de l’ordre, le ministre a reçu des citoyens qui se sont plaints de l’injustice qui prévaut à Tan Tan et qui a permis à certains élus de les déposséder de leurs terres, disent-ils. Passant devant le groupe de fonctionnaires qui criaient que le tribunal n’appartient ni à Benkirane ni au PJD, le ministre a levé les doigts en  signe de zéro. Auparavant, il avait ordonné de procéder à l’interpellation de tous ceux qui tentaient de rentrer dans la salle des audiences fermée par les forces de l’ordre.
A Guelmim où il a débarqué le lendemain, le ministre a dû affronter plusieurs dizaines de mécontents dont les représentants des cadres chômeurs, ceux  des handicapés et les justiciables qui attendent l’exécution  de jugements contre les Grands Moulins de Guelmim. Sans parler des membres de l’Association des victimes d’injustice à Guelmim. Parmi ces protestataires, certains ont porté des masques signifiant qu’ils ne veulent pas parler mais ont levé des banderoles demandant de mettre fin à la négligence dont ils sont victimes et que justice leur soit rendue. A Sidi Ifni, autre étape de la tournée du ministre, le mécontentement n’était pas l’apanage des seuls fonctionnaires, mais également une grande partie de la population de la ville protestait contre les injustices dont elle est victime.
Comme son collègue de l’Education nationale, Mohamed  El Ouafa, le ministre de la Justice et des Libertés n’était, apparemment pas le bienvenu dans les villes du Sud.

AHMADOU EL-KATAB
Jeudi 3 Janvier 2013

Lu 933 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs