Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Munir El Haddadi, le futur feu follet de la Roja

Sa clause libératoire est fixée à 60 millions d’euros, c’est dire que le club catalan croit fermement en l’avenir de ce jeune attaquant




En prospection pour trouver un attaquant supplémentaire pour épauler sa MSN et boucler son recrutement, le FC Barcelone piétine. Rares sont les joueurs qui acceptent de venir récupérer les miettes laissées par Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar. Alors que les médias catalans croient savoir que le bonheur viendra d’Amérique du Sud , la presse pro-madrilène est beaucoup moins optimiste. Si l’on en croit AS, le joueur parfait pour doubler Messi, Suarez et Neymar est déjà là et il s’appelle Munir. En effet, faute d’avoir pu trouver son sa perle rare pour 20-22 M€ sur le marché, le Barça poursuit sa préparation avec son jeune buteur, lequel s’est plutôt montré à son avantage lors des deux premiers matchs amicaux remportés par les Blaugrana (3-1 contre le Celtic Glasgow, 4-2 face à Leicester City). En effet, l'attaquant espagnol a déjà inscrit trois buts en deux rencontres, tous marqués grâce à des passes décisives de Suarez et Messi.
Sous contrat jusqu’en juin 2019, Munir El Haddadi ne serait pas opposé à l’idée d’être ce fameux renfort. Bien au contraire. Le problème, c’est qu’il a besoin de jouer pour progresser. Ce qui ne sera que rarement le cas dans l’ombre de la MSN. Conséquence, l’état-major blaugrana pourrait finalement se résoudre, selon le Mundo Deportivo, à prêter son joueur la saison prochaine, au Real Sociedad.
Ce prodige de 20 ans s'est construit une renommée internationale, après avoir brillé en Youth League avec le FC Barcelone. A lui seul, il offre la Coupe à son équipe, grâce à un lob depuis sa propre moitié de terrain. Un but qui l'a directement propulsé sur le devant de la scène. Le point de départ d'une carrière à l'ascension fulgurante.
De parents marocains, Munir El Haddadi, alors encore enfant, comme beaucoup d'autres, entretient le rêve de devenir footballeur. Un songe que son père façonne, en lui inculquant la passion du ballon rond. Pour cela, il n'hésite pas à lui parler de clubs et de joueurs marocains, en plus de ceux espagnols. Pris d'affection pour ce sport, Munir fait ses classes au CD Galapagar et à Santa Ana. Il s'envole ensuite au Rayo Majadahonda, qui conclut un accord avec l'Atlético Madrid. Pour quelques tournois, le jeune joueur a l'autorisation de jouer avec les Colchoneros. Pourtant, jamais le club entraîné par Diego Simeone ne daigne le recruter définitivement. Le Real Madrid se montre intéressé, Manchester City également, mais c'est finalement le FC Barcelone qui l'enrôle.
Débarqué au club catalan en 2011, il passe deux ans à peaufiner sa formation à la Masia. En 2013, alors âgé de 17 ans, il fait ses grands débuts avec l'équipe réserve blaugrana. Il ne tarde pas à se faire remarquer durant la Ligue des champions U19, la Youth League.
Face à ses excellentes prestations, le FC Barcelone lui propose un contrat professionnel, que Munir s'empresse de signer. Quelques mois plus tard, en janvier 2014, il prolonge son bail, dans lequel figure une clause libératoire fixée à 12 millions d'euros. Lors de la pré-saison 2014-2015, il fait partie d'une liste de huit jeunes retenus en équipe première par le nouvel entraîneur, Luis Enrique. Un choix qui s'avère payant, puisqu'il termine meilleur buteur de la préparation, avec quatre pions au compteur.
En parallèle de sa carrière en club, Munir El Haddadi est régulièrement sélectionné dans les équipes juniors d'Espagne. Il y inscrit plusieurs buts, qui ne laissent pas insensible la sélection marocaine. Par peur de se faire griller la priorité, Vicente Del Bosque le convoque alors au mois de septembre 2014, afin de pallier le forfait de Diego Costa. Munir accepte, et brise au passage le rêve de milliers de supporteurs des Lions de l'Atlas.
Pourtant, le jeune joueur  n’a jamais «fermé la porte à personne». Il a toujours affirmé qu’il était prêt à porter le maillot marocain, tout en assurant que c’était «un rêve» de jouer pour l’Espagne.
Sa première convocation, à 19 ans seulement, a suscité la polémique, certains ne voyant dans celle-ci qu’un moyen pour la Roja de bloquer le jeune attaquant du FC Barcelone, sans lui donner aucune garantie sur l’avenir. Depuis cette rencontre, face à la Macédoine, El Haddadi doit se contenter de jouer avec les Espoirs. Mais il l’assure, il ne regrette rien. Il est encore jeune et aura certainement l’occasion de briller de mille feux avec la Roja.

 

Mehdi Ouassat
Mardi 9 Août 2016

Lu 1496 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs