Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mourir en attendant une poche de sang à Essaouira

Décès au Centre hospitalier provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah suite à une hémorragie




Mourir en attendant une poche de sang à Essaouira
Latifa Isfaoun, âgée de 31 ans et mère de quatre enfants a rendu l’âme au service maternité du Centre hospitalier provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah à Essaouira suite à une hémorragie. Elle est décédée alors qu’elle attendait poches de sang de Marrakech.
La petite quantité dont disposait le CHP n’avait pu servir à rien vu l’état de la victime.
Pourtant, Latifa Isfaoun n’était pas la seule patiente à faire les frais d’une politique sanitaire on ne peut plus lamentable. Outre son existence en marge des préoccupations de la carte sanitaire régionale, Essaouira se trouve toujours dépourvue d’un centre de transfusion sanguine susceptible de subvenir aux besoins quotidiens d’une population de 400 mille habitants. Un constat insoutenable susceptible d’impacter négativement les donateurs de sang au niveau d’Essaouira qui doit impérativement stocker sa collecte au centre de transfusion sanguine de Marrakech. Celui-ci procède par la suite à l’acheminement de certaines quantités vers les banques de sang ainsi que les centres hospitaliers.
Le don, le prélèvement et l’utilisation du sang humain sont régis par la loi 03-94 promulguée par  le Dahir n°1-95-133 du 19 safar 1416 (18 juillet 1995).  Pour rappel, le Maroc ne dispose actuellement  que de 16 centres de transfusion sanguine à Marrakech, Safi, El Jadida, Rabat, Mekhnès, Fés, Agadir, Laâyoune, Al Hoceima, Béni Mellal, Errachidia, Ouarzazate, Oujda, Tanger,Tétouan et Casablanca.
Des structures qui restent loin des normes requis au niveau quantitatif et qualitatif selon les syndicats et les associations professionnelles. Le Syndicat national de la santé publique affilié à la FDT avait à son tour mis à nu les irrégularités des centres de transfusion sanguine au Maroc en insistant sur le déficit en ressources humaines et logistiques.
Quant au secteur de la santé publique à Essaouira, il bat toujours de l’aile: la déléguée a déposé sa démission depuis presque un mois, tandis que le directeur du CHP attend sa retraite indifférent aux nombreuses irrégularités qui continuent de ternir l’image de cette structure sanitaire.

Abdelali khallad
Lundi 27 Mai 2013

Lu 987 fois


1.Posté par Ahmed Bachir le 01/06/2013 18:41
Ce n'est pas la déléguée ou du directeur de l'hôpital ou autre responsable de cette province de mener à bien, cette rude tâche , mais il faut viser et bien viser la gestion Régionale de Marrakech qui gère les pochettes de sang de la province d'Essaouira : C'est le pur fruit de la régionalisation en plus d'autres problèmes plus sérieux . Ne précipitons pas les choses sur le directeur et sa retraite méritée !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs