Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mise en garde de Ban Ki-moon contre une escalade armée

La Russie accusée de déclencher une grande guerre




Mise en garde de Ban Ki-moon contre une escalade armée
Il n'y a pas de solution militaire" à la crise ukrainienne: le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a mis en garde les Occidentaux mardi contre les périls d'une escalade armée au moment où l'Otan s'apprête à renforcer sa présence dans l'est de l'Europe.
 "L'Union européenne, les Américains et la plupart des pays occidentaux discutent très sérieusement entre eux de la façon de procéder" face à l'implication russe en Ukraine, a déclaré Ban Ki-moon en Nouvelle-Zélande.
"Ils doivent comprendre qu'il n'y a pas de solution militaire. Un dialogue politique pour une solution politique est le chemin le plus sûr", a-t-il dit en déplorant une "situation chaotique et dangereuse" aux conséquences "régionales et mondiales".
 Ses remarques s'adressent aux 28 chefs d'Etat de l'Alliance atlantique qui doivent adopter lors du sommet de jeudi et vendredi un plan de réactivité (Readiness action plan, RAP), en réponse à l'attitude de la Russie dans la crise ukrainienne, perçue comme une menace par les alliés partageant une frontière avec ce pays (Etats baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie).
 Des milliers de soldats des armées de l'air, de terre, et de la marine, appuyées par des forces spéciales, pourront être déployés "en quelques jours", a promis lundi le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.
 Kiev et les Occidentaux accusent depuis une semaine - photos satellitaires à l'appui - la Russie d'avoir déployé des troupes régulières dans l'est de l'Ukraine, plus de mille hommes selon l'Otan, 1.600, selon Kiev. Moscou dément catégoriquement.
Kiev a cédé lundi aux séparatistes un aéroport stratégique dans l'Est rebelle et accusé la Russie de déclencher "une grande guerre" en Ukraine qui fera des dizaines de milliers de morts. 
 Le retrait des soldats de l'aéroport de Lougansk après des tirs d'artillerie dont Kiev accuse des "troupes russes" s'ajoute à une série de revers pour l'armée ukrainienne qui, selon des journalistes de l'AFP sur place, semble avoir abandonné sans vraiment combattre une vaste zone du sud-est de la région séparatiste entre le fief rebelle de Donetsk, la frontière russe à l'est et le port stratégique de Marioupol au sud, sur les bords de la mer d'Azov. 
 Parallèlement, "le groupe de contact" composé de représentants de l'Ukraine, de la Russie et de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et les séparatistes se sont réunis à Minsk pour chercher une issue à la crise au lendemain de l'évocation pour la première fois par le président russe Vladimir Poutine de l'idée d'un "statut étatique" pour les régions rebelles ukrainiennes.
 

AFP
Mercredi 3 Septembre 2014

Lu 494 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs