Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mezouar rencontre les chefs de groupes parlementaires de la majorité et la Koutla se réunit au sommet : Pas de chèque en blanc des Usfpéistes pour la loi de Finances




Mezouar rencontre les chefs de groupes parlementaires de la majorité et la Koutla se réunit au sommet : Pas de chèque en blanc des Usfpéistes pour la loi de Finances
L’Argentier du Royaume, Salaheddinne Mezouar, devait rencontrer hier 15 septembre, dans l’après-midi,  les chefs de groupes parlementaires de la majorité. Le projet de loi de Finances  2012, le dernier budget du gouvernement Abbas El Fassi, donne bien des sueurs froides à Mezouar qui ne cache pas sa crainte de voir son projet se transformer en enjeu électoraliste. Le chef de l’Exécutif et patron de la majorité est d’ailleurs venu à la rescousse de son ministre des Finances en convoquant, mardi, une réunion de la majorité avec principalement pour ordre du jour la session extraordinaire du Parlement. « Mezouar avait haussé le ton et demandé un décalage de l’examen du projet de loi de Finances dont les débats allaient intervenir en pleine campagne électorale et le pénaliser en tant que leader du Rassemblement national des indépendants. L’Exécutif, et à travers lui le secrétariat général du gouvernement, a pensé à présenter, débattre et voter  le budget lors de cette session extraordinaire. Rien n’était pour autant acquis surtout que le ministre des Finances ne voulait pas que son projet subisse les dommages collatéraux d’une majorité qui s’entre-déchire. Une loi de Finances à quelques semaines des élections, n’est pas vraiment une promenade de santé quand on a un bilan à assumer et à défendre solidairement devant les électeurs », explique un leader de la majorité.
Mardi, Abbas El Fassi en patron de la majorité a demandé à ses troupes d’accorder leurs violons et de parler d’une même voix sous la Coupole. Ces recommandations ne concernaient pas seulement la  loi de finances mais aussi les projets de lois relatifs aux partis et à la Chambre des députés. En plus de l’examen de la loi de Finances, un bilan de parcours devrait également être présenté aux parlementaires réunis en session extraordinaire. «La cohésion des composantes de la majorité est, on s’en doute bien, la première préoccupation du Premier ministre. Une majorité gouvernementale qui va dans tous les sens et cède à la cacophonie perd toute crédibilité. Et cela, Abbas El Fassi veut absolument l’éviter à la veille d’un scrutin législatif déterminant», soutient un Istiqlalien en vue.
 
Tous les possibles de la Koutla
 
Cohésion mais pas à n’importe quel prix, et surtout pas celui de la crédibilité. C’est le son de cloche que fait entendre l’Union socialiste des forces populaires. « Notre parti sera intransigeant. Il n’est pas question de donner un chèque en blanc au projet de loi de Finances. Autant nous sommes tenus à la cohésion de la majorité autant les pratiques qui réduisent la portée de la majorité gouvernementale ne seront pas admises. A la veille des élections, il faut un minimum de cohérence dans la démarche des composantes de la majorité et ce pour plus de crédibilité », déclare un dirigeant de l’USFP.
La cohérence de la majorité a d’ailleurs été entamée avec la formation récente du pôle libéral composé du RNI, du MP et de deux partis de l’opposition, le PAM et l’UC. Le projet de loi de Finances que présente le patron du RNI paiera-t-il pour cette incongruité politique donnant à voir deux formations politiques de la majorité présenter derrière la bannière du pôle libéral des amendements en contradiction totale avec ceux de la majorité et ce lors de la préparation des lois électorales ?  En tout cas, les débats s’annoncent d’ores et déjà vifs sous la Coupole.
De tout cela, il a été probablement question hier en fin d’après-midi lors de la réunion au sommet de la Koutla. Les leaders de l’USFP, l’Istiqlal et le PPS devaient de nouveau se retrouver pour débattre du grand dossier électoral. Le Bloc démocratique parviendra-t-il à aborder à l’unisson le rendez-vous électoral ? « J’espère qu’on parviendra à se mettre d’accord au moins sur quelques circonscriptions », souhaite un membre du Bureau politique du parti de la Rose.
Une réunion qui fait figure de la dernière chance tant il est vrai que les partis de la Koutla sont invités « à dépasser leurs petites querelles ». « Il est aujourd’hui plus que jamais important que nous parvenions en tant que Koutla à l’annonce d’une alliance politique claire au regard de tout ce qui nous attend sous l’égide de la nouvelle Constitution », déclare sur un ton ferme un cacique du PPS. Ce à quoi répond un Ittihadi très impliqué dans la question des alliances : «Tout est possible dans la conjoncture actuelle, mais à condition de faire mûrir les conditions».

Narjis Rerhaye
Vendredi 16 Septembre 2011

Lu 459 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs