Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mehdi Alaoui Mdaghri : Le sport et la musique doivent être des vecteurs de valeurs




Mehdi Alaoui Mdaghri : Le sport et la musique doivent être des vecteurs de valeurs
Titulaire d’un doctorat d’Etat en E-Buisness, de l’Université de Lecce, Mehdi Alaoui Mdaghri  
a toujours fait de 
l’environnement son 
cheval de bataille. En 2009, il a créé « Planète citoyenne », une ONG qui a pour mission de contribuer au 
développement durable. Aujourd’hui, il est 
directeur associé 
d’EGANEO, initiateur 
de la « Fête de la musique et du sport ». Entretien

Libé : Comment avez-vous conçu cette manifestation autour de la musique et du sport ?
 
Mehdi Alaoui Mdaghri : Comme chacun le sait, le 21 juin est la journée où le monde entier  célèbre la fête de la musique. Au Maroc, cette célébration laisse à désirer, il n’y a pas suffisamment de manifestations artistiques autour de cette journée de la musique. Ce qui nous a poussés à organiser « la Fête de la musique et du sport », avec un concert de Aziz Sahmaoui (University of Gnaoua). Parallèlement à certaines activités sportives
Il faut dire que  déjà, en 2012,  à l’occasion des Jeux olympiques,  nous avions organisé  le  «Follow the green stars » (suivons les étoiles vertes), à titre d’hommage  aux sportifs marocains. Et en ce moment, il y a un grand événement sportif qui est bien évidemment la Coupe du monde. Nous avons alors décidé, encouragés par la réussite de «Follow the green stars », d’organiser à nouveau un événement de taille  autour du sport et de la musique.
Au programme  de cette manifestation, citons  l’organisation d’un petit « Mondialito »,  avec la participation de 8 équipes, composées d’enfants marocains de moins de 11 ans, qui ont défendu les couleurs du Brésil, de l’Argentine, de la France, de l’Espagne, du Portugal, des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Maroc bien entendu.
Il y a également des stands d’initiation au judo et à la boxe, des matchs de tennis où les enfants ont été pris en charge par des professionnels, sans oublier la Capoeira, cet art martial afro-brésilien qui puise ses sources dans les méthodes de combat et les danses des peuples africains. Et ce avec l’aimable participation de l’Ambassade du Brésil. L’objectif principal de l’événement étant de permettre aux enfants, toutes couches sociales confondues, de pratiquer le sport et la musique.
 
Lier la musique au sport, une idée plutôt originale ?
 
Vous savez, les sportifs s’entraînent souvent en écoutant de la musique. Et puis, il y a beaucoup de choses qui lient le sport à la musique. Mais le plus important pour nous, c’est que le sport et la musique doivent être des vecteurs de valeurs. Car quand on fait du sport, on apprend à respecter son adversaire et quand on fait de la musique, on apprend à respecter autrui, d’une manière plus générale.
 
Dans quel but avez-vous créé l’Association “ Planète citoyenne “ ?
 
Commençons d’abord par  l’exemple suivant : quand un enfant jette des ordures n’importe où dans la maison, il arrive souvent que sa maman l’interpelle en lui disant : « Est-ce que tu te crois dans la rue? ». En fait, beaucoup de nos concitoyens  ne sont pas tout à fait impliqués en ce qui concerne  l’importance vitale de  l’espace public. Il faudra  donc absolument sensibiliser les gens à cet égard. En créant cette association, nous espérons remédier à cette situation, ne serait-ce qu’avec les moyens du bord.
 
En  quoi consiste votre action sur le terrain ?
 
Notre travail tourne essentiellement autour de la sensibilisation de nos concitoyens. En diffusant des films,  en lançant des campagnes de nettoyage, en créant des hors-séries, comme ce fut le cas avec le magazine Tel Quel. Nous avons également organisé plusieurs  ateliers de sensibilisation. Sans  oublier le lobbying aussi, puisqu’on est déjà intervenu auprès de quelques décideurs, afin de les sensibiliser à certaines problématiques liées à l’environnement. 

Mehdi Alaoui Mdaghri : Le sport et la musique doivent être des vecteurs de valeurs
Première édition de la Fête de la musique et du sport
 
Rendez-vous musical et sportif incontournable de ce mois de juin, la première édition de la Fête de la musique et du sport s’est déroulée les 21 et 22 courant, au Grand COC de Casablanca. Initiée par EGANEO, cette manifestation visait à sensibiliser les plus jeunes aux valeurs universelles véhiculées par la musique et le sport, à promouvoir le sport et la musique sous toutes leurs formes et à s’associer à de grands événements mondiaux, telle la coupe du monde de football ou la fête de la musique, célébrée annuellement, le 21 juin, et qui permet l’organisation de dizaines de milliers de concerts à travers le monde.
A cette occasion, le son Gnaoui de Aziz Sahmaoui (Univeristy of Gnaoua) a enflammé le public de la Fête de la musique et du sport, le temps d’un concert exceptionnel. 
D’autre part, la pelouse du Grand COC s’est transformée, pendant deux jours, en un grand village sportif, où des enfants, de tous horizons, ont eu l’occasion de s’initier gracieusement à la pratique de plusieurs activités sportives : football, tennis, rugby, basket, judo, pétanque, danse, batucada, capoeira, boxe, etc. 
L’autre temps fort de cet évènement a été l’organisation du « Mondialito », qui a regroupé les meilleurs joueurs des moins de 11 ans, de Casablanca, et qui ont défendu les couleurs de 8 sélections nationales. Tenues officielles, hymnes nationaux, porte-drapeaux et speaker, les enfants ont pu vivre leur « petit mondial » dans une ambiance digne des plus grands stades. Ils ont également eu l’occasion de rencontrer des stars du sport et de la musique. Parmi eux Merry Krimau, Younes El Aynaoui, Aziz Bouderbala et Aziz Sahmaoui.
Par ailleurs, deux conférences thématiques autour de la musique et du sport ont enrichi le programme de cette manifestation. La première s’est déroulée sous le thème « Le sport, un défi personnel », et a connu la participation de quelques personnalités qui ont relevé certains challenges sportifs, à savoir : Ali Alaoui Mdaghri, initiateur de « Courir le Maroc », un projet qui relevait le défi de courir 16 semi-marathons, en 16 semaines, dans les 16 régions du Royaume, Nacer Ibnabdeljalil, premier Marocain à avoir gravi l’Everest, le plus haut sommet du monde. Et Hassan Baraka, le plus jeune Marocain à avoir traversé le détroit de Gibraltar à la nage.  
La deuxième conférence s’intitulait « L’histoire de la samba », ou l’histoire d’une musique emblématique du Brésil, invité d’honneur de cette première édition de la Fête de la musique et du sport. Ladite conférence a été animée par Laurent Vidal, historien et professeur, spécialiste de l’histoire du Brésil.   

Propos recueillis par Mehdi Ouassat
Mardi 24 Juin 2014

Lu 909 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs