Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marrakech : Le PJD perd face au RNI




Marrakech : Le PJD perd face au RNI
Le jeu des chaises musicales continue. Les élections législatives partielles à Marrakech n’ont peut-être pas livré tous leurs secrets. Le PJD a raté le coche et, de ce fait, la dernière partie s’est jouée sans lui. En effet, le Conseil constitutionnel a assené un coup fatal au PJD en décidant  d’annuler un des sièges parlementaires qu’il détient  dans la circonscription de Marrakech-Ménara et de l’accorder au candidat du parti du RNI qui s’en est fort réjoui.
« Il ne s’agit en fait que du rétablissement d’un droit », nous a déclaré une source du Parti de la colombe avant de nous informer que sa formation politique a porté l’affaire devant le Conseil constitutionnel suite à la fraude qui a caractérisé ces élections. « Les résultats ont été faussés. L’opération de recomptage des voix a démontré la légitimité  de nos revendications». Pour rappel, 500 voix en faveur d’Omar Khafifi, le  nouveau candidat gagnant du RNI n’ont pas été comptabilisées.
Nul besoin de préciser que les enjeux de ces élections étaient très importants  pour le Parti de la lampe. Plus que les autres formations politiques, le PJD se sentait beaucoup concerné par ces législatives. En effet, le parti de Benkirane a cherché à tâter le pouls de la population; une façon de démontrer à ses détracteurs que sa popularité n’a pas souffert de son passage au gouvernement.
Les partis de l’opposition ne sont pas en reste puisqu’ils  ont été de leur côté, en quête d’une victoire symbolique à fort effet psychologique en perspective des prochaines échéances électorales, et tablaient sur un vote-sanction contre la majorité gouvernementale pilotée par le PJD. Leur arme ‘‘fatale’’ lors de cette campagne électorale, reste ‘‘les promesses non tenues par la majorité, les mesures impopulaires prises par Benkirane et les dysfonctionnements dans l’action gouvernementale’’.
Il faut rappeler que ces élections partielles ont été tenues initialement après que le Parti de la justice et du développement s’est vu retirer le siège en question pour utilisation de symboles religieux lors de la campagne électorale précédant les dernières législatives.

Nezha Mounir
Mercredi 24 Octobre 2012

Lu 629 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs