Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maroc et Espagne sur la même longueur d’onde

Le ministre espagnol de l’Intérieur à Rabat pour renforcer la coopération antiterroriste entre les deux pays




Les autorités espagnoles semblent déterminées à renforcer la coopération antiterroriste avec Rabat surtout après les attentats meurtriers qui ont secoué la région de Catalogne il y a quelques jours.
En effet, le ministère de l’Intérieur espagnol a annoncé que le ministre Juan Ignacio Zoido tiendra ce mardi une réunion avec son homologue marocain, Abdelouafi Laftit.
Selon un communiqué de presse publié dimanche sur le site officiel du département espagnol, l’objectif de cette rencontre est « l’échange à un haut niveau des informations sur l’enquête relative aux attentats de Catalogne, à laquelle le Maroc collabore d’une façon intense avec les forces de sécurité espagnoles ».
« La coopération du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme est loyale, magnifique et nécessaire », a assuré M. Zoido, relayé par la même source.
« Ce voyage confirme encore une fois que les relations entre l’Espagne et le Maroc sont au beau fixe en matière de sécurité, et plus concrètement dans le domaine de lutte antiterroriste, mais également en ce qui concerne le crime organisé et la traite des êtres humains », a mis en avant le communiqué du département espagnol, tout en soulignant que les opérations sécuritaires conjointes entre le Maroc et l’Espagne ont permis le démantèlement de plusieurs cellules jihadistes opérant dans les deux pays et l’arrestation de plus 175 personnes.
Cette visite officielle du responsable espagnol au Maroc intervient juste quelques jours après la déclaration de Mustapha El Khalfi à l’issue du Conseil du gouvernement tenu jeudi dernier, selon laquelle la coordination  entre Rabat et Madrid en matière de lutte contre le terrorisme va au-delà de la simple coopération sécuritaire pour englober aussi l'encadrement religieux qui constitue l'un des piliers de la lutte antiterroriste, en prônant des idées modérées et en extirpant les racines de l’extrémisme. Il a assuré que « les enquêtes sont toujours en cours », à propos des attentats de Catalogne. Et il semble également que les autorités espagnoles entendent s’informer sur l’avancement des enquêtes diligentées par les forces de sécurité marocaines juste après les attentats de Barcelone et de Cambrils, entraînant la mort d’au moins 16 personnes de différentes nationalités.
Il convient de préciser que les autorités marocaines ont procédé à l’arrestation de trois personnes en relation avec ces attentats. Deux suspects ont été appréhendés dans le Nord et à l’Oriental, et le troisième à Casablanca.
Selon le directeur du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak El Khiame, deux mis en cause ont été relâchés, alors que la troisième personne qui aurait préparé un attentat contre l’ambassade d’Espagne au Maroc reste toujours en garde à vue.
Par ailleurs, les enquêtes se poursuivent en Espagne. Selon El Mundo, la question qui hante les esprits des enquêteurs est la suivante : pourquoi Driss Oukabir, l’un des suspects arrêtés après les attentats, a-t-il voyagé au Nord du Maroc au début d’août sans avoir contacté sa famille ?
«Il a pris l’avion depuis l’aéroport de Barcelone Prat, et a atterri à l’aéroport Ibn Battouta à Tanger le 5 août. Il n’est pas étonnant qu’il ait regagné son pays pour les vacances comme il a l’habitude de le faire chaque été. Mais ce qui attire l’attention cette fois, c’est qu’il est resté au Nord et n’est pas allé voir sa famille qui réside au Moyen Atlas», a écrit le quotidien espagnol. Et d’ajouter que l’important c’est « de savoir ce qu’a fait Driss Oukabir au Maroc avant son retour en Espagne le 13 août ».
Pour rappel, ce dernier, âgé de 28 ans, a été appréhendé à Ripoll, localité située au pied des Pyrénées. Il a loué la fourgonnette qui a servi à l'attentat de Barcelone, tout en prétendant que c'était pour un déménagement.  

Une coopération placée sous le signe de l’efficacité

S'il y a un domaine où l'excellence et la densité du partenariat entre le Maroc et l'Espagne s'illustrent, c'est bien celui de la coopération sécuritaire qui a permis aux services compétents de faire preuve d'efficacité face aux risques de déstabilisation qui guettent les deux pays et la région.
Les réalisations accomplies sur tous les plans de la coopération sécuritaire sont là pour attester de la réussite de la collaboration entre les deux Royaumes voisins visant à faire face à des défis sécuritaires de plus en plus redoutables et complexes, liés notamment à la lutte antiterroriste, à la criminalité transfrontalière et aux différents types de trafic.
L'efficacité de cette coopération a été saluée à plusieurs reprises par de hauts responsables du pays Ibérique qui l'ont même présentée comme un modèle à suivre.
Les décideurs et responsables concernés au Maroc et en Espagne ont pris conscience depuis plusieurs années de la nécessité de renforcer cette coopération et de l'adapter aux exigences et impératifs d'une conjoncture sécuritaire nationale et régionale de plus en plus compliquée.
Les contacts et réunions réguliers entre les responsables sécuritaires des deux pays pour traiter de l'ensemble des sujets et thématiques d'intérêt commun illustrent tout l'intérêt accordé par l'Espagne et le Maroc à ce volet tant important des relations bilatérales.
L’exemplarité de cette coopération est une réalité vécue au quotidien à travers les résultats hautement positifs enregistrés sur le plan opérationnel entre les services  des deux pays, particulièrement dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.
En matière de lutte contre le terrorisme, le Maroc et l'Espagne ont mis en place une coopération fondée sur un échange confiant et soutenu de renseignements, ainsi que l'organisation d'opérations conjointes et simultanées ayant abouti au démantèlement de nombreuses cellules terroristes, dont celles s'activant dans le recrutement et l'acheminement de combattants terroristes étrangers vers les foyers de tension.
Le partenariat et la coordination étroite et quotidienne entre les deux pays s'étendent également à la coopération policière, à la lutte contre le trafic de drogue et à la gestion des flux migratoires.

 

Mardi 29 Août 2017

Lu 1344 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs