Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marches contre l’esclavage dans les camps de Tindouf

La plupart des dirigeants du Polisario sont des négriers




Marches contre l’esclavage dans les camps de Tindouf
Alors que le secrétaire général de l’ONU s’apprêtait à présenter au Conseil de sécurité un rapport attirant l’attention sur l’urgence de trouver une solution au dossier saharien, des centaines de Sahraouis (noirs de peau) résidant dans les camps de Tindouf ont organisé plusieurs sit-in devant le siège du Polisario, dénonçant la passivité des responsables du mouvement séparatiste face à la pratique, au grand jour, de l’esclavage par des familles proches des sphères dirigeantes.
Les manifestants scandaient des slogans dénonçant l’esclavagisme dont ils ont subi les affres depuis des générations. Des abolitionnistes ont sympathisé avec les manifestants et  invité les responsables du Polisario à dénoncer ces pratiques d’autre âge sur lesquelles ils ferment les yeux. Ils estiment que les dirigeants du Polisario n’ont rien fait pour mettre un terme à ces pratiques dégradantes, car la plupart de ceux qui possèdent encore des esclaves appartiennent à la classe dirigeante qui n’a mené aucune campagne de sensibilisation pour dénoncer la possession d’esclaves et leur exploitation dans les camps.
A noter que la pratique de l’esclavage dans les camps de Tindouf est à l’origine d’une grande migration de Sahraouis noirs vers la Mauritanie voisine où leurs frères de couleur ont fondé plusieurs organisations de lutte contre ce fléau qui demeure moins flagrant dans les camps de Tindouf.
A souligner, par ailleurs, que le retour imprévu au Maroc de Christopher Ross a été très mal vécu  à Tindouf, le fief du Polisario en Algérie.
Selon des sources bien informées citées par le site d’informations www.polisario-confidentiel.com , les responsables du Front ont interprété cette deuxième visite du médiateur de l’ONU en l’espace de trois semaines, comme un indice de l’ascendance grandissante de l’option d’autonomie au Sahara dans l’agenda international. La visite a été d’autant plus mal vue par le Polisario que l’envoyé personnel de Ban Ki-moon pour le Sahara venait de terminer un long périple dans la région.
Durant près de trois semaines, Christopher Ross avait, en effet, voyagé entre le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie, les trois pays de la région concernés par le dossier. L’inquiétude qui s’est emparée des dirigeants du Polisario à cause du retour impromptu de Christopher Ross au Maroc, est à mettre en parallèle avec le rapport que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’apprête à présenter au Conseil de sécurité le 22 avril, selon les mêmes sources.
Dans le nouveau document, Ban Ki-moon appelle à l’ouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie dans l’intérêt de la région et, surtout, pour faciliter le règlement du conflit du Sahara. Une perspective qui inquiéte les dirigents du Polisario. Car la nouvelle approche de l’ONU est dangereuse à la fois pour le Polisario et pour Alger, le protecteur du Front et son principal bailleur de fonds. C’est en effet la première fois qu’un rapport du secrétaire général de l’ONU fera aussi nettement le lien entre une normalisation algéro-marocaine et le règlement de la question du Sahara. Cela signifie clairement que la communauté internationale est désormais consciente que la solution se trouve bien à Alger et non pas chez le Polisario, dont le rôle de comparse est ainsi reconnu quasi-officiellement. Après la douloureuse expérience du Mali, les capitales internationales sont de plus en plus conscientes de la menace d’insécurité qui pèse sur toute la région. Elles savent aussi le chevauchement des intérêts et des rôles et n’ignorent pas que les chefs des groupes jihadistes sont pratiquement tous Algériens et que certains d’entre eux ont été manipulés par les généraux de la DRS. C’est la raison pour laquelle le secrétaire général de l’ONU appelle à un règlement urgent afin de mettre fin à l’instabilité qui règne dans la région

Ahmadou El-Katab
Mercredi 17 Avril 2013

Lu 1151 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs