Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marché Bab Marrakech à Casablanca : Recrudescence des agressions




Marché Bab Marrakech à Casablanca  : Recrudescence des agressions
Mercredi dernier, deux heures avant la rupture du jeûne, un poissonnier âgé  28 ans a subi une agression sauvage au marché de Bab Marakech à Casablanca.
La victime, Hassan Rafîi, a été attaquée par K. Aziz, âgé de 19 ans. Ce dernier lui a asséné un coup de couteau sur le côté droit de son cou avant de prendre la fuite. Alertés par le voisinage, les agents de police qui sont intervenus n'ont pas réussi à attraper l'agresseur qui est toujours en cavale.
La victime a été transportée sur le champ à l'hôpital « 20 Août » après que les médecins de l'hôpital Ibnou Rochd aient refusé de le prendre en charge parce qu'ils ont jugé son cas « délicat ». L'état de santé actuel de Hassan Rafîi est très grave.
Il est à signaler, par ailleurs, que le marché des poissons et légumes de « Bab Marakech » enregistre,  à l'heure actuelle, un état d'insécurité flagrante. Lors de notre visite sur les lieux, nous avons assisté à des vols de  portables et de portefeuilles ainsi qu'à des bagarres.  Autre constat : la situation de ce marché est marquée par une désorganisation flagrante et un grand désordre.  Des centaines de vendeurs ambulants envahissent, en effet, la place publique de Bab Marrakech.
Selon des habitants du quartier, la présence de ces vendeurs étaient interdite avant le mois de Ramadan. Depuis l'avènement de ce dernier, elle ne l'est plus. « Nous remercions Dieu; c'est grâce à ce mois sacré que nous ne sommes pas chassés par les forces de l'ordre», affirme Halima, une vendeuse ambulante . Le soir, après la prière d'Al Ichaâ, le marché Bab Marrakech reprend son dynamisme dans une grande ambiance et ce n'est qu'à une heure tardive du soir qu'il ferme ses portes.
Pour les propriétaires des boutiques et autres étals, les ambulants sont la cause d'un manque à gagner important. « Nous ne pouvons pas nous approvisionner en marchandises. Les camionnettes ne peuvent pas entrer au marché toujours bondé tellement les vendeurs à la sauvette sont nombreux», déclare d'un air amer un boucher, propriétaire d'une échoppe située au milieu du marché.
A écouter les vendeurs ambulants,  il n'en est presque rien. « Nous vivons de ce travail, et nous ne demandons que la régularisation de notre situation», déclare Saîd Amini, un marchand de légumes. Pourtant, les conditions de travail de ces vendeurs à la sauvette, femmes, jeunes et vieillards, sont manifestement dégradantes. Ils gagnent entre 40 et 70 DH la journée. Leur métier reste informel. Ils ne bénéficient d'aucune couverture sociale et sont incapables de s'organiser au sein d'un  syndicat afin de défendre leurs intérêts. Plus que jamais, les responsables doivent donc intervenir  et mettre fin aux souffrances quotidiennes des habitant de Bab Marrakech, un endroit qui compte parmi les places historiques de la capitale économique.
 

Montassir SAKHI
Lundi 7 Septembre 2009

Lu 2242 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs