Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Magnifique spectacle de sons et lumières à Agadir

L’animateur français Sébastian Cauet se transforme en DJ pour animer la soirée de fin d’année




Magnifique spectacle de sons et lumières à Agadir
Assurément, le public venu nombreux suivre, la soirée de fin d'année à la Marina d'Agadir, n'aura pas été déçu. Le ciel de la ville a été serti, pendant 15 minutes, une première à Agadir, d'une myriade d'étoiles, de sons et de couleurs au grand plaisir des spectateurs.
A une heure moins quart, l’animateur français, Sébastian Cauet, converti pour la circonstance en DJ, annonçait le début du spectacle. On scrutait d'abord les alentours, ne sachant d'où exactement tout allait partir, avant de rester les yeux rivés au ciel, comme hypnotisé par la magie des formes et des lumières.
Aux sons de partitions musicales savamment distillées, une constellation d'étoiles, d'arbres et d'autres motifs floraux, semble avoir plongé l'assistance dans une atmosphère féerique où les bulles argentées et dorées passent, avec une aisance déconcertante, du jaune au bleu, du blanc au rose, du bleu au pourpre ou, encore et surtout, du vert au rouge: deux couleurs à la mesure de la grandeur d'une Patrie.
Les anneaux de feu s'enchaînent, s'entrelacent ou s'enchevêtrent, avant de se détacher sans se faire de mal, tantôt sous forme de spirales, tantôt en cascades ou en guirlandes, striant le ciel d'une riche palette de couleurs, heureuses et enjouées, qui donnent toute la mesure d'un travail pyrotechnique assez élaboré.
Au gré de ce torrent d'étoiles et de couleurs qui embrase le ciel, les regards s'illuminent, les langues se délient et des exclamations fusent de partout, comme rythmées par les crépitements et les détonations des pétards.
«Waouh!!! J'ai l'impression que ce spectacle est adressé, individuellement, à chacun de nous. Que c'est beau», s'extasie une dame, la quarantaine, venue suivre, avec mari et enfants, sur la plage le déroulement de cette fresque colorée.
Non loin, un enfant accroché au cou de son père s'enthousiasme: « C'est sûr que je vais en rêver cette nuit! Je n'ai pas peur papa, je t'assure. C'est tellement beau. On dirait que ça saute comme des popcorns. Enfin, j'ai faim!!».
Visiblement excédé par des tubes trop «dans l'air» à son goût, un quinquagénaire, trimbalant une ribambelle d'adolescents et d'enfants, semble s'être donné à coeur joie cette ultime pluie de lumières: « Bravo! Allah Yâatihoum Assahha. Au final au moins, j'en ai pris plein les yeux!» .
Et qui sait? Peut-être la Kasbah d'Agadir (Agadir Oufella), en citadelle imprenable qui domine depuis des lustres du haut de ses 236 mètres la ville et l'Océan, aurait-elle conféré à la magie du spectacle un aspect onirique amplifié, du reste, par une lune presque pleine et un climat que seule la ville sait offrir en cette période de l'année.
Ce n'est certainement pas Cauet qui dirait le contraire lui qui, avant de monter sur scène, avait fait part de sa «frustration de devoir quitter une ville dont tout le monde me chante les charmes et la beauté, sans en avoir découvert un tant soit peu de secrets et de mystères».
Lors d'un point de presse, mercredi soir, l'animateur français, connu pour ses prouesses de mixer, a fait part de sa disposition à se produire à Agadir dans le cadre d'un one-man-show ou encore à accompagner des jeunes qui partagent, avec lui, « les mêmes valeurs et la même envie de taquiner», assurant du même coup qu'il se produirait à Casablanca dans deux semaines.
Qu'à cela ne tienne, mais pour le président du Conseil régional du tourisme (CRT) Souss-Massa-Drâa, la présence de Cauet à Agadir traduit le souci des professionnels du secteur de contribuer à l'animation de la ville, le talon d'Achille de cette destination qui, malgré une conjoncture mitigée en décembre, est parvenue à boucler l'année dans le vert avec des hausses de 3,73% en arrivées et 2,71% en nuitées.
Dans une déclaration à la MAP, il a soutenu que le fait d'accueillir une nouvelle année avec des feux d'artifice et une soirée musicale animée par une star sur la plage d'Agadir annonce «une volonté tenace de redoubler d'efforts pour que l'année prochaine soit meilleure», surtout à la faveur d'un plan triennal (2015/2017) impliquant l'ONMT, le CRT, le Conseil régional et la commune urbaine d'Agadir pour porter la destination toujours plus haut, toujours plus loin.
Selon des données livrées, le 26 décembre dernier au siège de la wilaya d'Agadir, lors des travaux de la dernière réunion du Conseil d'administration et de l'assemblée générale du CRT, le nombre d’arrivées a atteint, à fin novembre 2014, quelque 851.039, contre 820.473 durant la même période de l'année écoulée, alors que celui des nuitées s'est chiffré à 4.310.332 contre 4.196.788 en 2013.
En termes d'arrivées, le marché national vient en tête avec 30,69%, suivi du marché français (19,88%), de l'Allemagne (8,92%), de l'Angleterre (8,77%), de la Pologne (6,12%) et de la Belgique (4,20%), le reste étant réparti sur plusieurs destinations, notamment de l'Europe de l'Est, des pays nordiques et du monde arabe.
La répartition des nuitées par nationalités fait ressortir une prédominance du marché français avec une part de 24,68%, suivi du marché national (17,46%), de l'Allemagne (11,44%), de l'Angleterre (12.24%), de la Belgique (6,60%), de la Pologne (5,96%), de la Russie (2,87%) et de l'Arabie Saoudite (2,75%).
Intervenant à l'ouverture des travaux de cette rencontre, M. Benhammane s'était félicité de la performance de la destination qui a su terminer l'année 2014, malgré une conjoncture difficile, avec une croissance honorable, soutenant que l'année 2015 sera celle de la reconstruction de l'image d'Agadir et de son repositionnement pour un meilleur taux de remplissage tout au long de l'année.
Pour ce faire, la destination doit multiplier les offres d'animation, rouvrir les hôtels fermés et aider les établissements en difficulté à se remettre sur pied, a-t-il dit, appelant par la même occasion tous les segments de la chaîne de valeur à une remise en cause constante pour contribuer ensemble à l'essor du secteur (hôteliers, associations professionnelles, artisans, restaurateurs, agences de voyages, etc.).
Il a aussi appelé les élus, députés et responsables à adhérer à un « lobbying positif» pour doter la ville d'un Palais des congrès digne de sa stature, relevant que l'année prochaine sera également celle du lancement du plan triennal 2015/2017 dans le cadre d'une campagne de promotion et d'opération marketing tous azimuts.
De son côté, le wali de la région Souss-Massa-Drâa, gouverneur de la préfecture Agadir Ida Outanane, a mis l'accent sur l'importance d'ouvrir la destination sur l'arrière-pays et de mettre à profit les richesses et les curiosités que recèle la région en termes de culture, de patrimoine, de produits de terroir et de circuits, et de tenir compte des paramètres de la durabilité et de la pérennité du secteur touristique en l'arrimant à son environnement immédiat, au lieu de céder à la tentation facile de l'all-inclusive qui, souvent, finit par étouffer la profession, en raison de son enfermement.
Il a estimé que la destination, déjà en manque de capacité litière à la hauteur de sa renommée, ne peut se permettre de laisser péricliter dans l'insouciance des unités hôtelières et, encore moins, une recrudescence notable durant les trois derniers mois de conflits sociaux dans nombre d'entre elles, appelant dans ce sens les professionnels du secteur à faire preuve de tact et d'habileté, en se dotant notamment de compétences chargées de la gestion des ressources humaines.
La région Souss-Massa-Drâa avait concrétisé sa feuille de route pour le développement touristique avec la signature, le 17 mai 2013 à Agadir, d'un contrat-programme comportant 56 projets, dont 12 projets structurants, d'un investissement de 27,4 milliards de DH.
Aux termes de ce contrat-programme, la région devrait mettre sur le marché 30.000 lits supplémentaires afin de drainer près de 2,2 millions de touristes en 2020 et tripler, ainsi, ses recettes touristiques annuelles, en faisant valoir ses multiples atouts et potentialités et son double positionnement dans le territoire Atlas et vallées , qui regroupe les provinces de Tinghir, Ouarzazate et Zagora, et le territoire Souss-Sahara atlantique qui, lui, compte les provinces de Chtouka Aït Baha, Sidi Ifni, Taroudant et Tiznit et les préfectures d'Agadir Ida Outanane et Inezgane Aït Melloul.


MAP
Samedi 3 Janvier 2015

Lu 2125 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs