Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

M. El Khalfi exprime ses regrets à l’AFP et pas à la presse marocaine : Les excuses sélectives du ministre de la Communication




M. El Khalfi exprime ses regrets  à l’AFP et pas à la presse marocaine : Les excuses sélectives du ministre de la Communication
Les  journalistes porteurs d’une carte de presse marocaine ont bien du mal à contenir leur colère. Depuis que Mostafa El Khalfi, le ministre de la Communication, a présenté des excuses à l’AFP, les hommes et femmes de médias affichent leur indignation face à ce qu’ils dénoncent comme «une politique de deux poids deux mesures». «Un journaliste représentant un média étranger a plus de valeur que son confrère marocain, porteur d’une carte professionnelle paraphée pourtant par de M. El Khalfi. Ce qui vient de se passer ne traduit qu’une seule chose, le mépris que porte M. El Khalfi aux journalistes de ce pays, des journalistes qu’il est censé représenter et défendre. Voici un ministre islamiste appartenant à un gouvernement qui se targue d’être proche du peuple mais qui n’a aucune considération pour la presse nationale qui avait tout autant droit que l’AFP aux excuses de ce responsable gouvernemental », s’indigne ce membre du bureau national du Syndicat national de la presse marocaine.
Les excuses de M. El Khalfi à la direction de l’AFP-Rabat sont intervenues après que l’un de ses correspondants a été victime d’une agression des forces de l’ordre qui dispersaient brutalement, mercredi dernier devant le Parlement, une manifestation non autorisée organisée sous le slogan de «l’allégeance pour la liberté et la dignité». Le ministre de la Communication a pris son téléphone, contacté le chef de l’Agence française de presse à Rabat et présenté ses excuses tout en annonçant l’ouverture d’une enquête «pour élucider les circonstances de l’agression contre le journaliste de l’AFP». Des excuses ministérielles répercutées ensuite sur le fil de l’Agence française, qui feront le tour du monde et des rédactions marocaines.
A la lecture de la dépêche de contrition du ministre, les journalistes sont consternés : il n’y a pas un mot, pas la moindre excuse exprimée aux cinq autres journalistes qui, de la même manière que le correspondant de l’AFP, ont été brutalisés, agressés, insultés par les forces de l’ordre, mercredi. « Le ministre de la communication ne pouvait pas ne pas le savoir. Un communiqué de protestation, de condamnation et de solidarité du Syndicat national de la presse marocaine a été immédiatement rendu public et les identités des journalistes et photographes agressés physiquement ou verbalement par les forces de sécurité ont été  révélées ainsi que la nature de l’agression dont ils ont été victimes. Nous avons également précisé les supports de presse où ils travaillent. M. El Khalfi ne peut pas dire qu’il ne savait pas. Il doit aujourd’hui admettre qu’il a l’indignation sélective. Il est vrai que pour certains, l’herbe est toujours plus verte ailleurs », soupire ce journaliste très actif au sein du SNPM.

«Nous aussi, nous avons été brutalisés,
M. El Khalfi !»


En plus du correspondant de l’AFP-Rabat qui a reçu son accréditation il y a à peine deux mois –elle a lui avait été jusque-là refusée par le prédécesseur de M. El Khalfi- cinq journalistes et photographes qui couvraient la manifestation d’allégeance à la liberté et à la dignité ont été malmenés par des forces de l’ordre particulièrement nerveuses ce jour-là. Il s’agit de notre consoeur Zoulikha, photographe à Libération et Al Ittihad Al Ichtiraki, Abdelmajid Bziouate d’Assabah, Hamzaoui Masrour d’Al Massae, Najat Bouabdallaoui d’Al Haraka ainsi que de Benbich, journaliste  de la presse électronique. «Nous avons été nous aussi bousculés, brutalisés. Et ce n’est pas la première fois. En fait, nous autres journalistes et photographes sommes coutumiers de tels comportements. Ce n’est pas le premier dérapage des forces de l’ordre contre les journalistes de ce pays. Cela s’est même produit plusieurs fois sous le gouvernement de M. Benkirane et jamais le ministre de la Communication, Mostafa El Khalfi, n’a présenté ses excuses ou exprimé ses regrets» déclare Zoulikha, la photographe qui affirme être plus «en colère contre les excuses du ministre que les insultes des forces de l’ordre». «M. le ministre aurait pu contacter les directeurs de nos journaux, nous aussi», lâche-t-elle.
Et si les excuses très sélectives ou plutôt exclusives du ministre de la Communication ont provoqué l’indignation de la presse nationale, il y a fort à parier qu’elles ne contribueront pas à améliorer l’homogénéité et la solidarité gouvernementales. Mohand Laenser, le ministre haraki de l’Intérieur, a encore bien du fil à retordre avec les ministres et députés du PJD.

Narjis Rerhaye
Samedi 25 Août 2012

Lu 1047 fois


1.Posté par firodiro le 25/08/2012 16:08
le visa pour la france ,ça compte et surtout pour les enfants qui iront y faire leurs études ,n'est ce pas ?
la Omra fabore au frais du pétro-dollar pour le chef rapporte Almassae ! qui dit mieux ? le fabore c'est quoi ,c'est la baraka ,non ;mais c'est autre chose : j'ai peur de le dire ,je me sauve!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs