Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Louafa anéantit les espoirs de régularisation des enseignants suppléants

140.000 candidats passeront le concours d’accès au CRMEF




Louafa anéantit les espoirs de régularisation des enseignants suppléants
Le concours d’entrée aux Centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation (CRMEF) relevant du ministère de l’Education nationale aura lieu le 9 septembre prochain. Il sera ouvert aux licenciés des différentes branches répondant aux critères d’accès à la Fonction publique. Mieux, cette année, il n’y aura pas de  présélection des dossiers de candidature avant le concours comme ce fut le cas durant les années précédentes.
« On a décidé cette année de supprimer la présélection des candidats afin de garantir plus de transparence, et c’est pourquoi ce concours qui devait avoir lieu en juillet  a été reporté à septembre», a fait savoir Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, en réponse lundi à une question orale à la Chambre des représentants, avant d’ajouter que son département attend près de 140.000 candidats à ce concours.
Le ministre a saisi l’occasion pour annoncer que les enseignants suppléants  auront droit d’accès, eux aussi, à ce concours considéré comme la seule voie pour accéder au statut de fonctionnaire. « Je tiens à répéter à qui veut l’entendre que le ministère de l’Education nationale ne recrute des enseignants que par voie de concours et il n’y a point d’embauche direct. A ce propos, j’appelle l’ensemble des personnes concernées à passer ce concours », a-t-il lancé. Pour lui, il n’est pas question de faire marche arrière malgré les sit-in et les mouvements de protestation entamés par ces instituteurs, il y a quelque temps déjà, pour réclamer une intégration immédiate au sein du corps enseignant. « Ce sont des enseignants qui ont été recrutés dans le cadre d’un décret qui régit les heures supplémentaires. Ils ont été embauchés pour combler un vide et ils ont été rémunérés pour les heures qu’ils ont passées dans les établissements scolaires », a-t-il précisé.  
Le ministre est allé plus loin. Il a demandé aux députés de ne pas donner de faux espoirs à ces enseignants. « Ce genre de questions posées  au Parlement et les articles de presse traitant ce sujet  font croire, à tort, à ces enseignants que leur problème sera résolu », a-t-il souligné.  
Ainsi Mohamed El Ouafa a-t-il tenté de mettre un terme à un problème qui remonte aux années 1970 lorsque l’Etat avait fait appel à ces enseignants pour combler un manque de personnel. Un dossier qui risque de perdurer tant que l’Etat peine à trouver la bonne réponse au problème de ces instituteurs dont certains ont  plus de 30 ans d’ancienneté alors que la loi en exige moins pour toute titularisation d’office. De plus, ces enseignants ne bénéficient pas des mêmes droits et avantages sociaux que les autres fonctionnaires du ministère.
En effet, les enseignants suppléants  tiennent à préciser qu’ils travaillent au même titre que les enseignants titulaires avec des tableaux de service et non comme vacataires qui effectuent des heures supplémentaires pour suppléer à des absences momentanées d’enseignants, comme l’a affirmé le ministre devant les élus de la Nation. Certains instituteurs du primaire travaillent 30 heures par semaine soit 120 heures par mois et ne sont nullement payés pour ce nombre d’heures, mais perçoivent des émoluments fixes qui ne leur ont d’ailleurs pas été versés cette année. Ces enseignants sont même contraints de préparer des notes, des fiches de préparation et subir les inspections des inspecteurs des académies régionales.   
Que demandent donc ces enseignants suppléants ?  La régularisation de leur  situation administrative et financière voire une intégration immédiate dans le corps enseignant. Une aspiration  qui reste difficile à réaliser vu l’entêtement de l’actuel ministre de l’Education nationale et les directives que le chef du gouvernement a maintes fois réitérées à ce propos.

Hassan Bentaleb
Jeudi 25 Juillet 2013

Lu 961 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs