Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lors de la manifestation organisée par le Mouvement du 20 février : Plusieurs blessés à Tiznit




«Hada dolm, hada mounkar», se lamente un jeune manifestant gisant à même le pavé près du jardin Moulay Abdellah, le visage ensanglanté. Il vient de subir l’ire des forces de l’ordre qui se sont acharnées sur lui après l’avoir arrêté et jeté à terre.  
Juste à côté, une femme crie au secours devant cet horrible scénario sanglant.  Mal lui en a pris ! Deux policiers se précipitent sur elle et commencent à la rouer impitoyablement de coups de matraque. C’est dans une ambiance terrifiante  où le bruit des coups et des cris de détresse ont pris le dessus sur les slogans des manifestants du Mouvement du 20 février à Tiznit.
Si les forces de l’ordre se sont montrées pacifiques lors des  précédentes sorties des foules dans la rue, cette fois-ci, elles  n’ont pas fait de quartier.   
Les places   Al Mouchouar, jardin Moulay Abdellah, celle devant le siège de la province, ainsi que  les  grands axes par où les « processions » des foules ont pris l’habitude de passer, ont été quadrillés par les éléments de la brigade anti-émeute.  
Aucune marge de manœuvre n’a été laissée aux manifestants. Ils ont eu  tout juste le temps de scander un «Achaâb yourid isskat al Fassad» que les coups de gourdins commencèrent à pleuvoir.  
Les badauds, les passants, entre autres, personne n’a échappé au passage à tabac.   Les blessés se comptent par dizaines parmi la foule.   
Selon une source de l’hôpital Hassan Ier de la ville,  plaies crâniennes,  contusions, ecchymoses, bosses … ont été le lot des personnes admises aux urgences. Exception faite des deux cas, jugés très graves, qui ont été évacués vers l’hôpital Hassan II à Agadir. Même les représentants de la presse ont en pris pour leur grade.  Plusieurs  correspondants ont été maltraités.
La ville a ainsi vécu, depuis les environs de 19h,    sur le rythme de la chasse aux manifestants et le sauve-qui-peut des habitants horrifiés.  Ce n’est que vers   21h passées que le calme est revenu.   L’Association de la presse de Tiznit et le Club de la presse ont conjointement publié un communiqué où ils dénoncent vigoureusement ces actes de «violence  inouïe»  perpétrés par les forces de l’ordre contre des manifestants pacifiques et qui n’ont commis aucun acte de vandalisme.   
Les deux associations   ont  condamné, par  ailleurs, le fait que les forces de l’ordre s’en soient prises de nouveau aux correspondants de presse et déploré que les responsables locaux n’aient pas tenu leurs promesses de permettre aux journalistes de faire leur travail.

IDRISS OUCHAGOUR
Mercredi 1 Juin 2011

Lu 94 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs