Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligue des champions : Bayern et Real, épouvantails de quarts épicés




Ligue des champions : Bayern et Real, épouvantails de quarts épicés
Après des 8e de finale déséquilibrés, place aux quarts, dont le tirage au sort, vendredi, devrait offrir des oppositions relevées avec deux épouvantails, le Bayern Munich tenant du titre et le Real Madrid en quête  d’un 10e sacre.
Mais dans l'absolu, ces deux clubs pourraient céder au caprice du sort en se retrouvant face à face (aller 1/2 avril, retour 8/9 avril), puisque le tirage (11h00 GMT à Nyon au siège de l'UEFA) sera intégral.
 
Les favoris
Le Bayern et le Real
 
Hormis le Real, rien ne semble pouvoir arrêter le Bayern dans la conservation de son titre européen. Les Bavarois, dont le 24e sacre national n'est qu'une question de jours (peut-être dès ce samedi), se sont débarrassés sans forcer d'Arsenal (2-0, 1-1) dans un choc des 8e qui n'en était pas un, tant leur collectif "rouleau-compresseur" a dominé son sujet. Les Madrilènes, dans le sillage d'un Cristiano Ronaldo insatiable (13 buts en C1), sont presque aussi impressionnants. Leaders d'une Liga où la concurrence de l'Atletico (2e) et du Barça (3e) est relevée, ils viennent d'écraser Schalke 04 (6-1, 3-1). En l'exercice, le Real en est à 29 buts en huit matches (3,6 de moyenne). Des chiffres étourdissants qui illustrent surtout l'efficacité du redoutable trio "BBC", Bale-Benzema-Cristiano.
 
Les gros outsiders
Le Barça et le Paris SG
 
Le Barça, capable de jours-sans en Liga, a pour l'heure solidement répondu présent en C1, comme Manchester City vient de le constater (2-0, 2-1). L'écrin du jeu catalan a peut-être moins d'éclat que par le passé, mais son joyau Lionel Messi brille de nouveau à point nommé, après un hiver passé à se reposer en raison de blessures musculaires.
Le Paris SG, que ses dirigeants qataris rêvent de voir prochainement dominer l'Europe, bombent le torse, après un parcours maîtrisé virant parfois à la démonstration de force, certes face à de modestes adversaires. Porté par un Ibrahimovic (10 buts) qui rivalise d'efficacité avec Ronaldo et un milieu Verratti-Motta-Matuidi que l'Europe lui envie, le PSG va enfin passer au révélateur. 
Attention à eux: Chelsea et l'Atletico Madrid Sans faire de bruit, Chelsea avance sereinement dans une compétition qu'il a remportée en 2012. Les Blues ont logiquement éliminé Galatasaray (1-1, 2-0), après une phase de groupe marquée par deux défaites. Avec José Mourinho revenu aux commandes et un effectif équilibré entre grognards (Eto'o, Lampard) et nouvelles stars (Hazard, Oscar), Chelsea reste un client, mais un client prenable. Plus inattendu à ce niveau, l'Atletico Madrid vient de balayer un AC Milan en plein déclin (1-0, 4-1). Les "colchoneros" ont deux armes: Diego Costa, le buteur d'origine brésilienne mais néo-international espagnol, et Diego Simeone, leur bouillonnant maître-tacticien d'entraîneur. L'inexpérience et la faible profondeur de banc sont leurs seules limites. 
 
A ne pas mésestimer 
M.U et Dortmund
 
ManU, orphelin de "Sir Alex" Ferguson parti à la retraite, n'est cette saison plus que l'ombre de lui-même. Largement distancés en championnat, éliminés des coupes nationales, les Red Devils n'ont plus que cette C1 pour sauver leur saison. Mais renverser l'Olympiakos comme ils viennent de le faire (0-2, 3-0) est un "exploit" qui n'a pas de quoi intimider les autres quart-de-finalistes. 
Dortmund, sorti en 1re position du "groupe de la mort" lors de l'ultime journée (devant Arsenal, Naples et Marseille), a encore justifié son statut de finaliste de la saison passée en écartant le Zénit Saint-Pétersbourg (4-2, 1-2). Mais les hommes de Jurgen Klöpp apparaissent toutefois plus friables et moins saignants cette saison.

Mourinho poursuivi par la FA 
 
La FA a poursuivi l'entraîneur José Mourinho, exclu lors de la défaite de Chelsea contre Aston Villa (1-0) samedi, a annoncé mercredi la fédération anglaise.
Le Portugais, qui avait ensuite vivement critiqué l'arbitre, devra répondre de conduite incorrecte et il a jusqu'à lundi pour accepter ou refuser les charges qui pèsent contre lui. 
Samedi, il était entré sur la pelouse en fin de match après l'exclusion de son milieu brésilien Ramires, consécutive à un tacle sévère.
 

Vendredi 21 Mars 2014

Lu 142 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs