Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les souris peuvent chanter et même s’accorder entre elles




Les souris peuvent chanter et même s’accorder entre elles
Alors que l’on pensait que les souris ne poussaient que des cris sans trop les contrôler, elles sont en fait capables d’émettre de véritables chants. Mais ce n’est pas tout, quand plusieurs mâles se retrouvent dans un même endroit, leurs chants finissent par s’accorder.
Quand le chat n’est pas là, les souris... chantent ? Si de très nombreux animaux peuvent émettre des sons, peu sont capables de les moduler ou de les apprendre. Au milieu de certains primates, des dauphins et de rares oiseaux, les souris font une entrée fracassante avec leurs ultrasons. L’étude à la base de cette découverte a été publiée le 10 octobre dans la revue en ligne PLoS ONE par une équipe américaine de l’université de Duke.
En effet, on pensait jusque-là que la capacité à apprendre et moduler des sons était réservée à quelques oiseaux et mammifères. Pour les oiseaux on retrouve seulement trois familles : les perroquets, les colibris et les passeri, une famille de passereaux. Chez les mammifères, on compte bien sûr les humains, ainsi que des baleines, des dauphins, certaines otaries, des chauves-souris et les éléphants. Mais les chercheurs de l’université de Duke ont découvert que les souris en étaient également capables.
Les souris s’accordent sur le même ton
En vérité, les souris mâles émettent des chants sous forme d’ultrasons pour attirer les femelles. Un phénomène qui était déjà bien connu mais considéré comme anodin. Au cours de leurs travaux, les scientifiques se sont toutefois rendus compte que lorsque deux mâles de souches différentes étaient gardés dans la même cage, leurs “chansons” s’accordaient de plus en plus jusqu’à rejoindre un même ton.
Lorsque les chercheurs assourdissaient les souris ou altéreraient  leur cortex moteur, celles-ci n’étaient plus en mesure de s’accorder avec leurs voisins ou de répéter correctement leurs cris, même en présence d’un autre mâle. En étudiant le cerveau des rongeurs, les scientifiques ont alors mis en évidence des connexions neuronales surprenantes entre leur cerveau et les muscles de leur larynx.
Un chant primitif, mais un chant quand même
“C’est une découverte excitante car la présence d’un contrôle direct du cerveau antérieur sur les neurones vocaux est un des aspects les plus importants de l’évolution de la parole humaine”, s’enthousiasme Erich Jarvis de l’université de Duke. “Cela reste bien sûr plus simple et primitif que chez les oiseaux et les autres mammifères, mais cette capacité limitée des souris surpasse celle de la plupart des autres animaux qui sont totalement incapables de moduler leurs cris”, ajoute t-il encore.

Libé
Vendredi 12 Octobre 2012

Lu 189 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs