Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les scénarios de croissance à l’horizon 2030

La 22ème Rencontre du CMC planchera sur les voies d’émergence pour les quinze prochaines années




Les scénarios de croissance à l’horizon 2030
«Les voyants de l’économie marocaine sont-ils rouges ou verts?», «quels sont les scénarii de croissance et leur incidence sur les orientations des politiques économiques ?», «quelles sont les voies d’émergence ?», etc. Ce sont autant de questions auxquelles tenteront de répondre les participants à la 22ème rencontre du Centre marocain de conjoncture (CMC), qui se tiendra le mercredi 25 mai prochain au Sheraton de Casablanca sous le thème «Le Maroc Horizon 2030 : quelles voies d’émergence ? Les scénarios de croissance».  
Afin de mener une réflexion sur le potentiel de croissance au Maroc et ses principaux déterminants sur les quinze années à venir et dans l’objectif d’approfondir l’analyse sur les défis de cette croissance à moyen et long termes et de l’étendre à de plus larges sphères de décision et d’introspection dans ce domaine, le CMC organisera, comme à l’accoutumée, ce conclave qui réunira moult experts et professionnels de la macroéconomie et qui débouchera assurément sur  une authentique vision stratégique pour l’ensemble de l’économie marocaine à travers les divers scénarios et conclusions qui seront exposés.
C’est le président du CMC, Habib El Malki, qui ouvrira le bal de cette rencontre avant de donner la parole à Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique.
Par la suite, ce sera au tour du professeur à l’Université Al Akhawayn, Ahmed Driouchi, de modérer le premier axe portant sur les perspectives de croissance économique à l’horizon 2030 en faisant intervenir à tour de rôle, M’hammed Tahraoui du CMC, Ayache Khellaf, directeur de la prévision et de la prospective au HCP et Mohamed Taâmouti, directeur des études économiques à Bank Al-Maghrib.
Cette première partie des travaux est d’autant plus capitale que, face à la montée des incertitudes, le Maroc scrute l’avenir et s’interroge sur ses perspectives de croissance. «Au plus fort de la crise qui a secoué les marchés financiers internationaux, l’économie marocaine a, certes, fait montre d’une certaine résilience en maintenant un rythme d’activité assez soutenu comparativement à de nombreux pays de la région», ont déjà fait ressortir les analystes du CMC précisant que le taux de croissance s’est établi durant la période 2008-2014 autour d’une moyenne de 4,2 % par an. Force est constater cependant que ce résultat dissimule de nombreuses faiblesses, ont-ils souligné avant de noter que, tout d’abord, le rythme de croissance manque de régularité et reste fortement dépendant des résultats des activités primaires. Et de mettre en exergue, sur le plan social, que la croissance ne génère pas suffisamment d’emplois pour faire face à une population active qui connaîtra pour de nombreuses années encore une forte expansion.
Le CMC donne ainsi le ton et un avant-goût des performances économiques nationales qui ne contribuent que faiblement au recul de la pauvreté et à la réduction des inégalités. Et de faire savoir que la configuration sectorielle de la croissance présente des déséquilibres de plus en plus importants qui, à côté de l’irrégularité des cycles agricoles, se manifestent depuis quelques années à travers la tendance au déclin industriel faisant état, dans la foulée, d’un profil de croissance des échanges commerciaux qui ne parvient pas encore à induire un développement suffisant des marchés d’exportation permettant, à terme, le retour progressif à un équilibre plus soutenable des comptes extérieurs.
Passé ce bilan, qui donne froid dans le dos, le temps sera aux solutions.
En effet, le Maroc ne manque pas d’opportunités, relève l’organisme indépendant, qui met notamment en relief la proximité avec  l’Europe, l’un des foyers de croissance les plus importants au plan international, et qui constitue un avantage réel pour les investisseurs à la recherche de plateformes de production compétitives et ouvertes aux flux commerciaux.
«Les accords de libre-échange conclus avec différents partenaires s’inscrivent dans cette logique», affirme la même source précisant que les dernières initiatives de rapprochement à l’adresse des pays d’Afrique de l’Ouest devraient contribuer à élargir les horizons économiques du Maroc pour intégrer de nouvelles régions promises à une croissance plus soutenue. Et de faire observer que le principal défi qu’affrontera le Maroc dans les années à venir pour réussir son positionnement comme trait d’union entre deux espaces économiques majeurs, l’Europe d’un côté et l’Afrique de l’autre, est celui de la compétitivité.
Là aussi, le Maroc ne manque pas de potentialités, ajoute-t-on de même source signalant que le potentiel démographique dont dispose le Royaume constituera un atout majeur dans la compétition internationale et la dynamique de croissance. Et d’assurer que la valorisation du capital humain, la recherche-développement et l’innovation contribueront à la fois à l’amélioration de la productivité totale des facteurs, à l’employabilité et à l’atténuation des tensions sur le marché du travail.
Le « la » sera ainsi donné à l’occasion du deuxième axe portant sur le thème : «Quelles stratégies d’émergence ? Horizon 2030» et dont le modérateur, Rachid M’Rabet, professeur à l’ISCAE, se chargera d’accueillir au pupitre, respectivement Ahmed Laâboudi du CMC, Hakim Marrakchi, vice-président de la CGEM et l’économiste principal pour le Maroc et coordonnateur des échanges régionaux, Moyen-Orient et Afrique du Nord à la Banque mondiale, Jean-Pierre Chauffour.
Alors que le Maroc se porte bien, - eu égard aux progrès accomplis au cours des dix dernières années au niveau des infrastructures, de la réglementation et du climat des affaires qui sont de nature à améliorer le niveau d’attractivité des investissements étrangers-, une montée d’incertitudes est patente et le Royaume scrute l’avenir en s’interrogeant sur ses perspectives de croissance avec une production industrielle nationale, un tourisme et un flux des IDE qui s'affaissent depuis quelque temps déjà. L'équation économique ne cesse donc de se compliquer. On comprend dès lors l’importance cruciale de ce genre de débats qui a le mérite de lever le voile sur des aspects importants.
Certes le CMC ne peut se substituer aux pouvoirs publics appelés à agir sur le terrain, il n’en demeure pas moins vrai que son équipe a, d’ores et déjà, amorcé depuis plus d’une année une réflexion sur les perspectives de croissance au Maroc à l’horizon 2030. L’objectif de cette réflexion est d’établir un diagnostic stratégique pour les quinze années à venir à travers différents scénarios d’évolution possibles permettant de mettre en évidence les opportunités qui s’offrent à l’économie nationale dans un environnement en pleine restructuration.
On précisera que l’intérêt de l’analyse ne porte pas seulement sur la croissance ou l’économie en général mais peut aller au-delà pour s’interroger sur les équilibres sociaux, les conditions de vie et la cohésion sociale.
De même, l’on se rendra compte de plus en plus que l’avenir ne peut se résumer uniquement au PIB et à son rythme de croissance mais il se mesurera, peut-être bien plus, par la capacité des pays à promouvoir l’amélioration des conditions de vie de leurs citoyens à travers une approche plus inclusive que jamais.

Meyssoune Belmaza
Samedi 21 Mai 2016

Lu 1030 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs