Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les provinces du Sud appelées à jouer un rôle stratégique

Fin des travaux de la 2ème Rencontre internationale de Dakhla




Les provinces du Sud appelées à jouer un rôle stratégique
La « 2ème Rencontre internationale sur la dynamique des intégrations régionales et prospectives des territoires dans la mondialisation : Expériences internationales comparées » a pris fin, le vendredi 22 novembre, par la lecture de l’Appel de Dakhla 2013 où les différents intervenants, ont mis l’accent sur la stabilité que connaît le Maroc, son ouverture politique depuis la fin du siècle dernier, le développement que connaissent ses provinces du Sud et l’avenir florissant qui attend ces provinces qui, par leur position géographique et leurs infrastructures, représentent un trait d’union entre l’Afrique subsaharienne et  l’Europe.
Organisée sous le Haut patronage de S.M le Roi par l’Association d’études et de recherches pour le développement (AERED) avec la participation de l’Université Paris III, Sorbonne nouvelle (PB) et l’Association internationale francophone d’intelligence économique (AIFIE), cette rencontre a joui du soutien  de l’OCP, de la wilaya de Dakhla, du Conseil de la région d’Oued Eddahab-Lagouira, du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique,  de la municipalité de Dakhla et de l’Agence du Sud.
Dans une déclaration à « Libé », le président de l’AERED, Driss Guerraoui, a indiqué  que l’objectif de la rencontre a été d’examiner avec les experts, les chercheurs et les décideurs les configurations futures  que prendront les nouvelles générations d’intégrations régionales dans le cadre de la mondialisation.  Par conséquent, il s’agit de l’examen en termes de prospective des  territoires sur ce que seront, demain, les principales recompositions du système mondial. Cela arrive à un moment où le Maroc a mis en place un système de développement pour les provinces du Sud dont il entend, justement, faire un axe central, une zone tampon, un pôle macro-régional important appelé à jouer un rôle  stratégique dans le cadre d’une grande zone Europe-Afrique, en cours de construction.
Répondant à une question sur le choix de Dakhla, M. Guerraoui a répondu qu’il était tout a fait naturel, logique  et politiquement judicieux  de tenir pareille rencontre, sachant qu’il s’agit d’un engagement pris en 2010, lors de la première rencontre internationale de Dakhla, d’organiser une deuxième édition sur une  thématique  d’actualité en liaison avec les nouvelles donnes que connaît la région.
A cours de cette rencontre, le ministre  de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, Lahcen Daoudi, a annoncé l’ouverture, en 2014, d’un noyau universitaire à travers la première Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) des provinces du Sud qui devra contribuer  au développement du pôle régional servant de liaison entre notre pays et ceux du Sahel, dans un monde qui s’oriente inéluctablement vers un village planétaire. Citant le philosophe américain, Daniel Bell qui a dit que pour les grands problèmes tous les pays du monde sont petits, le ministre a souligné que les problèmes locaux doivent être résolus localement sans attendre des décisions des autorités centrales. Aussi, a-t-il ajouté, il devient indispensable de  décentraliser. Avant de conclure que la future université qui devrait être opérationnelle en 2014 sera édifiée sur une superficie de 40 ha.
Le directeur général de l’Agence du Sud a, pour sa part, énuméré les réalisations auxquelles l’agence a contribué pour le développement de la région et des provinces du Sud.
Le président de l'Association internationale francophone d'intelligence économique (AIFIE), Philippes Clerc, a précisé que « de par sa position stratégique, le Maroc est appelé à être un hub régional et une interconnexion entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne ».
« L'intégration régionale maghrébine n'étant pas à l'œuvre à cause d'un problème politique", le Maroc doit se développer dans une logique Sud-Sud ».
M. Clerc a souligné que le Maroc, en tant que partenaire de l'Union européenne, est un pays clé pour l'accès à ces pays du continent africain qui est en train de devenir « l'avenir pour l'Europe en raison de ses ressources, de sa croissance et de sa démographie considérable ».
 Il a relevé, par ailleurs, que « le Maroc est le pays de la région qui attire le plus d'investissements internationaux et qui jouit d'un régime démocratique avancé ».

Ahmadou El-Katab
Mardi 26 Novembre 2013

Lu 1442 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs