Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les professionnels de la pêche voient rouge

Menace de grève générale dans l’ensemble des ports




Les professionnels de la pêche voient rouge
Ça chauffe chez les opérateurs de la pêche côtière. Dans les milieux de la filière, on menace d’observer une grève générale dans l’ensemble des ports du Royaume. Mais avant, les professionnels multiplient les réunions pour débattre des premières mesures à entreprendre pour contester le projet du nouveau plan d’aménagement des pélagiques au nord de Boujdour. « C’est un plan diabolique  que veut faire aboutir le ministère d’Aziz Akhennouch. On est en train de débattre de ce projet qui a été annoncé il y a quelques semaines par ce département, et surtout des mesures à entreprendre par la filière face à l’entêtement des responsables, lesquels n’ont pas pensé y associer les professionnels, conformément à la Constitution, dont les dispositions stipulent que lors de la préparation de tout projet ou de toute décision, on doit y associer les opérateurs concernés », déclare à Libé Abdelkhlaek Gikh, membre de la Confédération marocaine de la pêche côtière. Selon ce dernier, « toutes les mesures restent envisageables par les professionnels du secteur pour montrer leur vive contestation quant à la manière dont a été adopté ce nouveau projet par le département de tutelle». Notre interlocuteur soutient que «le nouveau projet prive la filière de la pêche côtière de ses droits au profit d’un certain lobby qui opère au nord de Boujdour», ajoutant qu’«avant d’arrêter leur activité dans tous les ports du Royaume, les opérateurs préfèrent d’abord contacter les groupes parlementaires en vue de mener une bataille politique à ce sujet. D’ailleurs des entretiens sont d’ores et déjà lancés avec certains parlementaires ». 
Pour notre interlocuteur, « la nouvelle stratégie a été établie en l’absence de toute concertation avec les représentants de la filière, contrairement aux dires des responsables du ministère qui avancent que le projet reflète toutes les tendances». Le même opérateur relève que «le nouveau projet du plan d’aménagement des pélagiques au nord de Boujdour ne sert nullement les intérêts de la filière encore moins ceux des marins pêcheurs. C’est même une copie du plan d’aménagement et d’exploitation de la pêche céphalopodière ayant été adopté dans le stock « C » à Dakhla ». Pour le même professionnel, « il est difficile pour la filière d’accepter d’adhérer à la nouvelle stratégie du ministère». Car, s’inquiète-t-il, « de point de vue professionnelle, les dispositions de ce nouveau plan ne sont pas claires et ne sont pas logiques aux yeux des professionnels ». 
En clair, ce que déplorent les contestataires dans le nouveau plan d’aménagement du pélagique au nord de Boujdour, ce sont surtout les quotas et  l’instauration d’un nouveau zoning pour les opérateurs de la pêche côtière. Une disposition ayant été fortement condamnée par les armateurs approchés par Libé, lesquels estiment que « c’est là une mesure qui va à l’encontre du principe même qui leur donne le droit d’opérer sans aucune restriction ».
Pour défendre leurs acquis, les opérateurs ne perdent pas du temps. Ce mercredi 28 mai, les membres de la Confédération marocaine de la pêche côtière ont tenu une rencontre à Agadir pour justement débattre de ce nouveau plan, lequel, selon eux, mettrait en danger leur filière. Quelque 500 opérateurs du pélagique ont tenu part à cette réunion qui se veut une première rencontre à même de tirer la sonnette d’alarme sur les dispositions du nouveau plan qu’ils qualifient d’  « injustes ». 
A l’heure où nous mettions sous presse, une source professionnelle indique à Libé qu’une réunion se tiendra, ce mercredi 4 juin, entre le directeur de la pêche maritime et de l’aquaculture et les professionnels de la filière pour débattre justement de ce sujet. Mais, notre source souligne que « certes  pour le moment c’est encore un projet. Mais dans la profession on s’inquiète beaucoup. On craint que les responsables du secteur ne vont pas prendre en compte les remarques des professionnels, comme cela s’est d’ailleurs passé lors de l’élaboration du  plan d’aménagement de la pêche céphalopodière au niveau du stock C à Dakhla ». Ce qui va encore rendre les choses plus difficile pour les opérateurs de la filière qui seront contraint alors de hausser le ton en observant des grèves dans l’ensemble des ports du royaume, prévient la même source.
 
 

Naîma Cherii
Lundi 2 Juin 2014

Lu 927 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs