Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les premiers guembris et crotales résonneront ce soir à Essaouira

Coup d’envoi du 16ème Festival Gnoua- musiques du monde




Les premiers guembris et crotales résonneront ce soir à Essaouira
Les maîtres gnaouas représentant toutes les régions du Maroc et les artistes et groupes venus des quatre coins du monde donneront ce soir le coup d’envoi de la 16ème édition du très populaire Festival Gnoua-musiques du monde. Soit un jour avant le début de l’été et la fête internationale de la musique auquel le festival apportera un parfum local.
Comme chaque année, les maîtres gnaouas, quelques membres de leur famille ainsi que les confréries des Hmadcha et Issaoua se retrouveront en fin d’après-midi aux alentours de Bab Doukkala d’où partira une longue procession qui les conduira jusqu’aux remparts de la place Moulay Hassan.
Ce n’est qu’après le discours d’ouverture que commencera véritablement la fête. Avec dès 20h, l’entrée en scène de l’ensemble émirati Annadi Al Bahri qui proposera des percussions traditionnelles bédouines et arabes d’une grande subtilité rythmique.
Considérée comme l’une des troupes folkloriques les plus célèbres au niveau national, la troupe Houwara (créée par Lhmidi en 1994) donnera la réplique à la formation émiratie. Avant de céder la scène à Said Kouyou qui s’est maintes fois illustré sur de nombreuses scènes au Maroc et à l’étranger aux côtés de son frère, Maâlem Mohamed Kouyou.
Une heure plus tard, le public accueillera maâlem Omar Hayat. Passé maître en matière de fusion, ce dernier «possède un style qui lui est propre et a souvent été influencé par diverses tendances artistiques, en particulier le reggae», soulignent les organisateurs. Omar Hayat a été initié à la musique des gnaoua par Mahmoud Guinea.
Invitée l’année dernière par le saxophoniste jazz /hip-hop Soweto Kinch, Eska succèdera au maâlem quelques minutes plus tard. La chanteuse d’origine zimbabwéenne proposera au public un cocktail mêlant subtilement divers influences et styles.
Elle fait partie de la nouvelle génération de la scène soul/jazz anglaise dont on dit du bien.
Juste après, maâlem Abdelkebir Merchane, qui a participé à de nombreux festivals à travers (Europe, pays arabes et Japon), offrira au public l’étendue de ses talents. Initié à la tagnaouite par d’illustres mentors, à l’instar d’El Ayachi, Baqbou et Mohamed Sam, ses styles de prédilection sont le marsaoui (Essaouira) et le marrakchi. Maâlem Abdelkebir Merchane retrouvera en fin de soirée la Zimbabwéenne pour une fusion qui promet.
Il est à souligner que des lilas seront organisées la même soirée à Dar Souiri avec Maâlem Abderrazak Moustaquim (Rabat) et à Bab Lmarssa qui accueillera tour à tour maâlem Ahmed Baalil (Marrakech) et Taifa (Safi).
Il est à souligner que pour sa directrice et productrice, Neila Tazi, il ne fait pas de doute que les festivaliers pourront «vivre encore une fois cette alchimie singulière de la musique, de la ville et des gens» propre à cette grande manifestation.
Le festival gnaoua se tient jusqu’au 23 juin courant.

Alain Bouithy
Jeudi 20 Juin 2013

Lu 392 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs