Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les pérégrinations des Marocains à Vienne

2.000 MRE sont établis au pays de la valse




Les pérégrinations des Marocains à Vienne
Selon les estimations, le nombre de Marocains établis au pays de la valse ne dépasse pas les 2.000 personnes, et qui plus est, sont dispersés un peu partout sur le territoire autrichien. Cela dit, même s'ils sont peu nombreux, les Marocains font honneur au pays par les fonctions qu'ils occupent et les affaires qu'ils gèrent. 
C'est le cas notamment de Mohamed Khaider, un banquier qui exerce des responsabilités de manager au sein du premier groupe bancaire autrichien, de Khammar Mrabit, un expert nucléaire à la tête de la direction de la sécurité nucléaire à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ou encore d’Abdelhamid Lahmami qui dirige une société de sous-traitance dans le domaine de l'industrie métallurgique.
 Ce Casablancais qui est venu en Autriche dans les années 90, à une époque où le nombre de Marocains ne dépassait guère les 200 expatriés, œuvre depuis des années à fédérer les énergies en faveur de la promotion des relations bilatérales entre le Maroc et l'Autriche qui remontent à plus de deux siècles. Ainsi, il a dans un premier temps contribué à la création en 2011 d'une association baptisée «Union d'amitié des Marocains en Autriche», avant de prendre part deux années plus tard à la naissance d'une autre association pour le développement du partenariat entre le Maroc et l'Autriche «Österreichisch-Marokkanische Gesellschaft», laquelle rassemble des Marocains résidant en Autriche et des acteurs politiques autrichiens sous la présidence de Heinrich Neisser, universitaire et ancien ministre. 
Cette jeune association a déjà à son actif plusieurs manifestations, notamment l'organisation de visites bilatérales, une manifestation contre le racisme ou encore une exposition itinérante à Rabat et à Vienne réunissant des artistes marocains et autrichiens.
Cela dit, si les Marocains restent pour le moment très minoritaires, il existe d'autres communautés de confession musulmane représentant une grande frange des immigrés en Autriche aux côtés d’autres de différentes  nationalités représentant des expatriés en provenance des nouveaux pays membres de l'Union européenne. En haut du tableau, il y a les Turcs, les Egyptiens et les Asiatiques dont la grande majorité sont actifs dans les secteurs des services, du transport, des travaux publics et principalement dans la restauration rapide. 
Partout à Vienne, ils tiennent des gargotes prisées tant des immigrés que des Autrichiens. Des lieux de restauration conçus sous forme de kiosques le long des boulevards et qui restent ouverts jusqu'à des heures tardives de la nuit, voire jusqu'à la levée du jour. Et pour cause, Vienne est une ville qui ne dort jamais, très animée de jour comme de nuit. A regarder les gens se balader en toute heure de la nuit, on dirait presque qu'ils font leur promenade matinale. Des nuits blanches dans l'insouciance totale puisque la sécurité des personnes et des biens en Autriche est assurée à 100%. Ici, le délit d'agression sur la voie publique n'existe peut-être pas dans le Code pénal ! 
Tout est sous contrôle. Un ordre parfait et une vie réglée comme du papier à musique. Et c'est ce qui explique, du moins en partie, l'attitude «méfiante» des Autrichiens envers les étrangers. Peu démonstratifs, hermétiquement fermés, ne donnant toutefois aucun signe extérieur d'hostilité ou encore moins de rejet. M. Khaider, qui réside depuis plus de 30 ans en Autriche, explique cela par une crainte légitime que l'étranger ne vienne perturber cet ordre. Mais une fois qu'ils se rendent compte de sa bonne conduite et son respect des codes en vigueur dans tous les domaines de la vie, la méfiance se dissipe immédiatement et l'étranger devient un ami et plus si affinités. 
D'ailleurs, le taux de naturalisation des demandeurs de la nationalité autrichienne est ici parmi les plus importants en Europe et ce, malgré la poussée ces dernières années de l'extrême droite (FP).
Des anecdotes racontées par une compatriote vivant depuis plus de huit mois chez une famille autrichienne d'accueil renseignent parfaitement sur les raisons de ce rapport avec l'étranger. Ibtissam Qaba, une jeune fille venue en Autriche pour faire des études en Interprétariat (français-anglais-allemand), révèle, à ce propos, que durant les premières semaines de son séjour chez cette famille, il a fallu qu'elle fasse montre d'honnêteté et de rigueur. Passé cet examen de moralité, elle a été généreusement adoptée comme un membre à part entière de la famille, s'occupant admirablement de leurs deux enfants tout en ayant un salaire et une couverture sociale. Mieux encore, cette famille lui a apporté son soutien dans ses démarches pour obtenir son inscription à l'université puisqu'elle ne disposait pas d'un diplôme de baccalauréat récent.  

MAP
Vendredi 10 Octobre 2014

Lu 1921 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs