Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les milices du Polisario se transforment en passeurs de migrants clandestins




Après les détournements d’aides humanitaires, les séparatistes virent vers la traite d’êtres humains



Les dirigeants du Polisario décriés pour avoir détourné les aides humanitaires destinées aux habitants des camps de Tindouf ont découvert une nouvelle source de revenus. Les combats de plus en plus violents en Syrie poussent des milliers de citoyens de ce pays à fuir vers toute destination susceptible de leur accorder refuge. 
Ces refugiés ont trouvé porte close en Algérie, pays prétendument fervent défenseur des droits des peuples opprimés, qui les a déportés vers le Maroc voisin.
Pour ne pas avoir à se salir les mains, les autorités algériennes se sont déchargées de cette sale besogne en la confiant à leurs protégés de la direction du Polisario ; lesquels s’en acquittent en faisant payer le transfert vers la zone tampon, au Sud du Maroc, à prix fort. 
L’argent n’a pas d’odeur et peu importe son origine pour les trafiquants d’êtres humains que sont devenus les dirigeants du Polisario. Ces derniers confient la tâche à des miliciens qu’ils ont convaincus que le fait de renvoyer ces refugiés vers le Maroc est une contribution à la guerre « de libération ». Lesquels miliciens ne se gênent pas à se débarrasser des encombrants Syriens, les abandonnant au pied du mur de sécurité dressé par le Maroc. 
Ce faisant, ils croient faire d’une pierre deux coups : rendre service à leurs séides algériens tout en prélevant leur dîme au passage. Et comme les dirigeants du Polisario appliquent, à la perfection l’adage qui dit que l’argent n’a pas d’odeur et que l’essentiel c’est de l’avoir, ils ont trouvé là une manière hideuse mais efficace pour s’enrichir rapidement. Sur un autre plan et selon des informations en provenance des camps de Tindouf,  la canicule  qui sévit en cette période où le thermomètre frise les 50° à l’ombre, passe presqu’inaperçue du fait des guerres de succession engagées par les prétendants à la place de Mohamed Abdelaziz dont l’état de santé se dégrade, de jour en jour. Mais, selon ces mêmes sources, les dés sont jetés et le choix de la DRS oscille entre deux noms. Celui de l’ex-adjudant de l’ALN, Bouhali et du mauritanien et actuel coordinateur  avec la MINURSO et fidèle exécutant des instructions de l’organe algérien de renseignements, Mohamed Khaddad. Ce qui écarte toute possibilité de désigner un Sahraoui originaire des provinces marocaines du Sud à la tête du Polisario.
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 13 Juillet 2015

Lu 1893 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs